Qu’est-ce que le Global Care ?

 

Le GlobalCare, une médecine complémentaire douce intégrative

Insomnies, anxiété, épisodes dépressifs légers, syndromes psychosomatiques, comportements alimentaires inappropriés, addictions… sont autant d’occasions de recourir aux médecines douces, soins ou thérapies dites complémentaires (qui n’ont aucunement vocation à se substituer à la médecine officielle française).

Ces soins ou thérapies dits complémentaires sont par exemple les thérapies cognitivo-comportementales, l’hypno-thérapie, le yoga, la méditation, l’art-thérapie, la naturopathie, la réflexologie, la sophrologie, le reiki, les massages de rééquilibrage énergétique, les massages de bien-être etc. Et ces disciplines ont ainsi le vent en poupe.

Le GlobalCare ou global training (comme disent les Canadiens) c’est la combinaison de plusieurs des techniques de bien-être et/ou thérapies exercées jusque-là par de praticiens qui s’ignoraient.

Le GlobalCare est une prise en charge globale de vos maux. Le globalCare semble aujourd’hui la clef d’un véritable rééquilibrage et apaisement de l’individu en souffrance, soignant parfois le corps par l’âme et l’âme par le du corps.

Le GlobalCare soigne ainsi parfois le corps par l’âme (ou l’esprit), lorsqu’il s’agit de combattre des affections psychosomatiques (exémas légers, dorsalgies épisodiques), par la méditation, la psychothérapie, la psychanalyse. Et le globalCare traite aussi parfois les affections ou afflictions de l’âme (déprimes passagères, anxiété légère) par les soins du corps (massages de bien-être, yoga, reiki, art-thérapie, relaxation etc.)

 

GlobalCare et l’exemple du surpoids

Prenons par exemple une personne en proie au midlife crisis, affectée comme nombre de quadragénaires (ou quinquas) d’un problème de surpoids, et aux prises avec les interrogations, les deuils, les frustrations et déceptions du genre. Cette personne est alors trop souvent focalisée sur la partie la plus visible de sa crise, ce fameux surpoids, alors qu’à l’origine de tout, c’est surtout le manque d’estime de soi (lié à une perte de repères quant à sa beauté dans l’œil de l’autre) qui est en cause. S’alimenter répond bien sûr à un besoin biologique… mais dans les sociétés humaines modernes, manger répond souvent largement autant, si non davantage, à une quête boulimique de satisfaction émotionnelle.

Si la personne en surpoids n’est pas abordée et suivie globalement, et sur une durée suffisante, elle ne résoudra rien et le poids qu’elle aura perdu, au cours d’une quelconque diète hydrique intensive et brève (par exemple), elle le reprendra peu après. Et avec cette fois-ci un pessimisme accru sur ses chances de se rééquilibrer, de se retrouver, se ré-apprivoiser elle-même, une rage contre son manque de volonté et de surcroît totalement démoralisée. Double peine : elle sera alors incapable en particulier de recréer (ni même retenter) une relation amoureuse stable. Les régimes excessifs et rapides qui ne s’intéressent qu’à la masse grasse des patients et non aux causes de leur trouble du comportement alimentaire ont parfois des résultats  importants mais éphémères (effet yoyo).

Les coaches et thérapeutes GlobalCare  / MédiThérapie proposent, à la fois, une approche diététique, une prise en charge de la composante émotionnelle du trouble du comportement alimentaire et le cas échéant des séances de lâcher prise. L’objectif global étant avant tout d’aider les patients à reprendre confiance en eux-mêmes, au lieu de seulement songer à leur faire, perdre du poids.

 

Ré-apprivoiser son image, à travers le regard de l’autre

Si cette crise se complique d’un échec sentimental ou d’une séparation, une spirale de l’échec peut s’avérer difficile à briser.

Par exemple, une jeune femme en échec amoureux se trouve souvent laide, sans intérêt et son image d’elle-même est brouillée. Elle navigue entre bonnes résolutions de reprise de sa vie en main (régime alimentaire, sport, développement culturel etc.) et une apathie, une démotivation complètes. Elle ne sait plus si elle doit nourrir l’espoir d’un hypothétique sauveur qui lui redonnerait confiance en elle ou si, de toute façon, personne ne voudra plus jamais d’elle !

Elle se jettera peut-être alors sur les sites de rencontre, à la recherche d’un improbable prince charmant, parce que c’est plus simple d’avancer masquée, derrière un faux profil ou un profil flatteur. Mais a-t-elle raison ? Ne trouve-t-on pas, dans la vraie vie, plutôt moins de prédateurs et de paumés que sur les réseaux sociaux ? Et elle aura tout faux si elle en profite pour occulter les actions à mener pour retrouver par elle-même son équilibre, son enthousiasme, son ouverture aux autres, sa joie de vivre communicative et solaire.

 

Médecine traditionnelle africaine et GlobalCare

J’ai commencé à comprendre ce besoin de prise en compte, dans leur globalité, des souffrances des patients, lorsque j’ai fait la rencontre à Paris, il y a une vingtaine d’années, d’un guérisseur africain, Monsieur Ismaël… qui pratiquait déjà la médecine intégrative sans le savoir. Sa vision était qu’on peut apaiser le corps et l’esprit dans une approche simultanée, ou apaiser le corps par l’esprit tout comme l’esprit par le corps / cf. http://medi-therapie.com/medecine-traditionnelle-africaine/.

 

Philippe Lamy

Médiateur diplômé de l’Institut de Psychologie de l’Université Lyon II

Il y a une vingtaine d’années, Philippe Lamy s’est formé auprès de Monsieur Ismaël, guérisseur africain installé à Paris, pendant trois ans, puis il a complété sa quête de compréhension de l’humain et de la principale maladie de l’humanité, celle de la difficulté des individus « d’exister avec les autres », « d’aimer et d’être aimés », « de s’aimer eux-mêmes et de s’aimer dans le regard de l’autre (condition sine qua non pour avoir de l’estime de soi quand on est dépendant émotionnel) » et savoir communiquer avec les autres, à travers diverses formations, lectures et recherches personnelles. Vivre en paix et en harmonie avec les autres n’est en effet pas toujours simple. Philippe Lamy a complété la formation au massage initiée auprès de Monsieur Ismaël, sous l’angle de la recherche d’un bien être global, d’une réconciliation entre cerveau gauche et cerveau droit (rééquilibrage entre blocages liés à l’éducation, tabous et recherche d’un plaisir innocent.

Il a aussi étudié deux ans, au sein de l’Institut de Psychologie de l’Université Lyon II, et obtenu son diplôme universitaire de « médiation judiciaire et conventionnelle en matière civile » (au sein de l’Université), il a à son tour assuré des formations à la médiation à  l’Université Lyon II. Il a également pratiqué plusieurs années la médiation judiciaire, pour les tribunaux de Lyon, notamment dans le contentieux du divorce. Puis, concerné par la médiation conjugale, il s’est en outre formé en psycho-sexothérapie (sexualité positive), avec le Dr. Iv Psalti de Bruxelles (cf. http://www.sexualitepositive.com/), car ce champ, malgré un intitulé restreint, est souvent le nœud des problèmes de manque d’estime de soi, de frustration, d’échec sentimental et d’échec social. Il a co-signé, avec le Dr. Psalti un article présentant le traitement de différents dysfonctionnements ou souffrance d’ordre sexuel par le massage / cf.  Le massage érotique de pleine conscience/.

Différent modules de l’EEPSSA complètent son approche multidisciplinaire / http://eepssa.fr/.