Le jeûne thérapeutique (ou diète hydrique)

Il existe plusieurs écoles et plusieurs traditions qui défendent ou recommandent le jeûne thérapeutique. Ce jeûne, outre sa vocation thérapeutique, peut avoir une dimension spirituelle. Dans tous les cas, il doit être respectueux de l’intégrité corporelle et de la préservation de la santé physique et psychique de celui qui le pratique. Tout d’abord, il faut savoir que le jeûne, même prolongé au-delà d’une semaine, ne présente aucun danger pour un sujet en bonne santé disposant de réserves graisseuses suffisantes. Dans tous les autres cas il ne sera pas a priori exclu mais devra être pratiqué sous un contrôle médical strict et probablement avec des compléments nutritifs adéquats.

Le jeûne : une tradition préhistorique

Le jeûne est une pratique qui puise ses racines très loin, à l’époque de la préhistoire, à laquelle nos ancêtres ne pouvaient aucunement prétendre à trouver à heure fixe un repas consistant tous les jours. L’homme préhistorique était ainsi accoutumé à se passer de nourriture parfois plusieurs semaines durant, sans pour autant cesser son activité physique car c’est elle qui lui permettait de recueillir les bénéfices de la chasse, de la pêche ou de la cueillette sans lesquels il n’aurait pas survécu. Notre organisme a aujourd’hui cette mémoire, et c’est bien à tort que l’on constate dans notre société moderne un développement significatif du surpoids, voire de l’obésité, en se bornant à n’y répondre que par des régimes de courte durée ou d’intensité insuffisante.

Mieux qu’un régime

Lorsque notre organisme est en surpoids, il n’y a rien de plus efficace qu’un arrêt immédiat et total de toute alimentation, dans l’attente de la consommation de ses réserves graisseuses, ou tout au moins d’une proportion significative desdites réserves, puisqu’il est recommandé de garder une masse graisseuse suffisante pour éviter d’avoir à attaquer la masse musculaire.

L’intérêt du jeûne total, par rapport à un régime fondé sur une alimentation sélective ou une diminution des doses quotidiennes, réside dans le fait qu’il est beaucoup plus simple, mentalement, de décider de ne pas manger du tout que de se poser quotidiennement la question de ce qu’on a le droit de manger et dans quelle quantité. Par ailleurs, il est évident que la perte de poids est aussi significativement plus rapide lorsqu’on se prive de toute alimentation pendant dix jours ou plus.

Cette diète radicale doit malgré tout être accompagnée d’une hydratation permanente, qui est le condition sine qua non de son bon déroulement.

Le bon déroulement du jeûne

Un grand nombre d’organismes et structures médicalisées encadrent ce processus de diète hydrique en associant généralement à ces cessions :

  • un exercice physique quotidien et suffisant
  • et, le cas échéant, la prise de compléments alimentaires (protéines, vitamines, etc.) pour éviter les risques d’un affaiblissement.

Il n’en reste pas moins que le jeûne est un stress pour l’organisme et qu’il entraîne généralement, en particulier les premiers jours, le risque de légères nausées, d’une faiblesse généralisée et des étourdissements qui contraignent à une activité souvent un peu réduite. Cependant, un certain nombre d’adeptes du jeûne, qui en ont une expérience positive, continuent à maintenir une activité, en particulier professionnelle, quasi normale en période de jeûne, même total.

Mise en garde : il est à noter que la privation de toute nourriture peut entraîner un certain inconfort, en particulier entre le troisième et le sixième jour, lié à la mise en place d’un processus physiologique qui entraîne le brûlage des graisses et toxines jusque-là passivement stockées. Cette période s’appelle l’acétose. Au cours de cette période, l’organisme sécrète de l’acétone, qui a l’inconvénient d’amener le sujet en jeûne à exhaler une odeur désagréable d’acétone qui ressemblerait à une odeur de pomme aigre. Cet inconvénient disparaît en principe à la fin de la première semaine de jeûne. A partir de là, une certaine euphorie provient de ce que l’organisme aura secrété ses propres substances coupe-faim. Dès lors, le jeûne peut continuer quelques jours en attendant les premiers signes d’une véritable faiblesse. Quand ces premiers signes apparaissent, il convient de remplacer le jeûne par une reprise d’alimentation progressive et prudente.

Une meilleure reprise de l’alimentation

En effet, le système digestif, qui depuis plusieurs jours, voire plusieurs semaines, ne secrète plus de sucs digestifs et dont l’estomac s’est réduit, ne peut reprendre l’alimentation que progressivement. Cette phase de reprise d’alimentation doit être prudente pour plusieurs raisons : la première est celle évoquée ci-avant d’un nécessaire ré-apprivoisement des organes digestifs et la seconde est qu’une reprise d’alimentation trop rapide amènerait à un nouveau stockage de graisse qui priverait l’organisme des bénéfices de la démarche du jeûne. Le plus harmonieux est de reprendre une alimentation de type paléolithique, c’est-à-dire fondée essentiellement sur des viandes, poissons, légumes et fruits crus. Il s’agit bien sûr de sélectionner les viandes qui peuvent être mangées crues, comme le bœuf (à l’exclusion du porc ou de poulet), et les légumes comme le chou, l’oignon, les carottes, etc (à l’exclusion des pommes de terre, navets, artichauts, topinambours).

L’association MédiThérapie organise des stages d’initiation au jeûne thérapeutique, ainsi que des coachings individuels pour les candidats à cette forme de purification personnelle.