Médiation clinique, médiation intra-personnelle, thérapie de la relation au monde…

 

De la médiation en général – rappel

La médiation est par essence la tentative de re-création de lien, entre des individus, divisés par un litige, généralement plus au moins précisément identifié. Ce présupposé a pour conséquence qu’il n’est pas toujours aisé de réconcilier des personnes déjà en lien avant le litige et dont le lien initial était fort, car les passions froissées entrainent le débat sur un terrain miné par les émotions et les rancœurs.

Paradoxalement, il est encore plus difficile de rechercher un accord négocié entre des personnes qui n’ont jamais eu le moindre lien avant l’avènement d’un litige. Car un lien historique antérieur au litige est aussi (et malgré tout) porteur de toute l’énergie positive et de la résilience que lui confèrent son ancienneté et sa qualité.

Par exemple, un litige relatif à un accident de la route – dans lequel, par définition, les parties ne se connaissaient pas auparavant et n’ont pas vocation à se revoir ensuite – débouche rarement sur une solution transactionnelle ; chaque partie voyant un intérêt matériel objectif à aller jusqu’au bout de ses droits, sans composante émotionnelle positive. En revanche, des litiges survenus entre un bailleur et un locataire, une entreprise et un fournisseur ancien et récurrent ont plus de chance de trouver une solution, car l’enjeu humain est mis en balance avec l’enjeu matériel.

Dans cet ordre d’idées, un litige entre époux en rupture a toute chance de déboucher sur un accord transactionnel juste (par exemple s’agissant du partage du patrimoine) si le médiateur sait faire appelle, chez les ex-époux, à cette coparentalité qu’ils conserveront à vie, ainsi qu’à l’image positive qu’ils souhaitent conserver auprès des enfants s’ils se comportent de manière juste et élégante ou même seulement correcte.

La rupture de liens est un facteur de souffrance et d’instabilité émotionnelle. Dans certains cas, l’enjeu de cette rupture de liens va bien au-delà de la rupture première, mais – s’agissant du lien du mariage par exemple – cette rupture du lien des ex-époux bouleverse les liens structurants la parentalité, sans parler des liens sociaux (les amis choisissent leur camp). Cette rupture entraine parfois en outre des conséquences matérielles sévères (division du patrimoine), professionnelles etc. / cf. Médiation judiciaire et conventionnelle, en matière civile / Notions élémentaires, limites et perspectives.

 

Médiation clinique ou thérapie globale de la relation

Au-delà des litiges interpersonnels objectivés, il existe une rupture du lien ou une absence de lien encore plus tragique, déstructurante, et douloureuse, celle d’une rupture du patient avec son environnement dans sa globalité, avec ses parents, son cercle social, l’école, la fac ou le monde du travail.

Cette rupture est souvent accompagné d’une perte de repères, d’une rupture avec ses croyances structurantes, d’un divorce entre son hémisphère cérébral gauche (raison, règles, projet, langage… ) et son hémisphère cérébral droit (conscience de l’instant présent, intuition, émotions, créativité, plaisir sensuel…). L’individu ainsi éparpillé ou « en vrac » connait alors une sévère crise d’identité et survit en proie à une perte d’estime de lui-même, une crise d’image résultant de son incapacité à recoller les morceaux de sa personnalité, étirée entre ce qu’il croit (ou croyait) être, ce qu’il croit que les autres pensent de lui (à travers l’image qu’ils lui renvoient), ce qu’il voit de son incapacité à entrer en communication avec eux et/ou à s’en faire entendre, ce qu’il pense qu’on dit de lui…

Dans une telle crise identitaire et sociale, reconnecter le patient à lui-même, rassembler les morceaux éparpillés par ses doutes et ses contradictions et le réconcilier avec son environnement est encore un enjeu de la médiation, que nous appellerons médiation clinique ou thérapie globale de la relation.

En l’espèce, l’approche est bien sûr systémique mais le lien à restaurer n’est pas seulement entre lui-même et des personnes clairement identifiables et les enjeux de cette médiation et de cette restauration du lien sont pas (ou pas que) matériels et/ou factuels. L’œuvre thérapeutique du médiateur est de soigner le patient, à travers l’identification des souffrances imputables à la ruptures de liens avec des personnes, des institutions ou des croyances constructives et dans une tentative de restauration de ces liens (ou même de construction). Plus largement, la médiation clinique, c’est une œuvre de réparation du lien entre un individu perturbé (en souffrance, en échec, en manque d’estime de lui-même et de reconnaissance) et lui-même. Ceci passe par la découverte ou redécouverte des ressorts de la légèreté, du plaisir, du plaisir de construire qui lui redonneront enthousiasme, confiance en lui-même et en l’autre, motivation et estime de lui-même.

Ce genre de médiation s’apparente davantage à ce qu’on appelle couramment thérapie. Une telle thérapie est de longue haleine, elle consiste à faire confiance en l’instinct de survie, l’instinct tout court et la résilience du patient, combinés à l’intuition du thérapeute qui part à tâtons pour explorer là où ça fait mal, mais aussi là où il subsiste de l’intérêt, de l’énergie vitale, de la joie, de l’espoir chez son patient.

 

L’environnement : un système

L’interaction, parfois visible, mais souvent insoupçonnée, des êtres d’une même famille ou d’un même groupe social, est telle qu’une souffrance – souvent muette – découle de l’absence d’écoute ou de reconnaissance des uns par les autres, dans l’environnement présent et plus encore souvent dans l’environnement de la prime-enfance.

L’approche systémique des relations humaines consiste, pour un praticien médiateur extérieur, à inviter les membres d’un système social (famille, couple, entreprise etc.) à en mieux comprendre les rouages et interactions, de sorte à ne plus les vivre de manière subie, passive et parfois douloureuse.

Cinq siècles avant notre ère, Confucius disait déjà : « Le lien familial ou social, est à l’image des liens visibles et charnels qui unissent les membres et les cellules de notre organisme. Que ces liaisons viennent à être endommagées, la souffrance apparaît, les cellules se nécrosent et la gangrène menace. »

Ce philosophe et penseur chinois exerça une puissante influence sur la culture chinoise et sur son histoire même. Cependant, alors que l’astrologie chinoise place l’individu au sein d’un système purement astral et méconnaît l’existence des « astres domestiques » qui pèsent sur notre destin, l’astrologie fondamentale (ou africaine), tente de répondre, en ces termes, à la question des interactions invisibles : « Dis-moi qui te hante, je te dirai qui tu es… ».

L’astrologie fondamentale africaine (cf. De l’influence africaine, dans les approches de type systémique) a pour principe que les astres qui influencent notre vie ne se nomment pas Jupiter, Mars ou Vénus, mais sont en fait des astres domestiques. Ces « astres », qui rayonnement dans notre ciel, ne sont autres que conjoint, parents, patron, collègues ou amis

 

 

Médiation intra-personnelle

Médiation clinique, médiation intra-personnelle, thérapie de la relation… aucun de ces termes ne désigne de manière tout à fait satisfaisante la tâche ardue de réaliser une médiation entre les deux hémisphères cérébraux des patients tiraillés, éparpillés, tyrannisés entre les pulsions, les influx, les règles, les décisions contradictoires desdits hémisphères parfois apparemment ennemis.

Ces contradictions internes nous les connaissons tous. Et toutes ces contradictions n’ont heureusement pas un caractère pathologique. Il s’agit par exemple de :

  • L’étudiant qui sait n’avoir que quelques semaines pour préparer un examen… mais succombe à l’appel de camarades moins déterminés à réussir (ou déjà mieux préparés) et qui l’entraînent à faire la fête des nuits durant ;
  • Le jeune homme ou la jeune femme qui, à la fois pleurniche sur ses kilos superflus, décide chaque matin de se lancer dans un régime drastique, achète les compléments alimentaires censés l’accompagner… mais ne résiste pas le soir à l’envie de se gaver de sucre et de gras, à la moindre contrariété ;
  • Le mari volage qui jure fidélité à son épouse après une première incartade dans l’espoir de la reconquérir… mais ne sait résister à l’appel de la nature si une jeune femme enflamme ses sens.

Ces personnes sont autant de victimes du divorce évident qui existe entre les schémas, les priorités, les perspectives, les injonctions, propres à leurs deux hémisphères cérébraux :

  • L’hémisphère gauche qui est celui du langage, de la raison, de la règle, des interdits, des tabous, des projets de long terme ;
  • L’hémisphère droit qui est celui des sensations épidermiques, des sentiments, de l’intuition, de la créativité de la spontanéité, de l’instant présent…

Ce duel entre nos hémisphères recoupe parfois également aussi les injonctions culturelles et naturelles qui nous agissent (« j’aimerais faire telle chose… j’en ai vraiment le désir, mais la morale le réprouve »).

Pour nombre d’individus civilisés et policés, ces contradictions sont comprises, maîtrisées et/ou apprivoisées. Ils vivent alors en bon équilibre intérieur et en bonne interaction avec leur environnement.

 

La souffrance, le risque de dépression, de burnout et de chaos social

Pour d’autres, les choses sont plus compliquées, plus chaotiques, plus douloureuses.

Ceci induit par exemple, dans les cas les plus bénins, de douloureux cas de conscience, des troubles du comportement alimentaire, des malentendus et des disputes dans le couple.

Dans les cas les plus graves, des rêves de carrières peuvent être brisés, des couples conduits au divorce, voire pour les sujets les plus faibles, à la dépression ou au suicide.

Le travail du médiateur est alors d’inviter le sujet « en vrac », éparpillé par ses contradictions mal comprises, mal assumées, à poser les vrais enjeux, à se faire confiance pour regarder le véritable objectif de moyen ou long terme qui est le sien, à identifier le désir et l’énergie vitale qui l’y poussent au plus profond de lui, à mettre en avant ses forces de résilience, en sorte de réconcilier ses deux hémisphères et optimiser leurs interactions harmonieuses ; chacun d’eux devant sortir triomphant de ce qui peut apparaître alors comme une véritable thérapie, pour le sujet comme une véritable thérapie de sa relation au monde, comme une médiation intra-personnelle et interpersonnelle.

 

 

Philippe Lamy

Médiateur diplômé, de l’Institut de Psychologie de l’Université Lyon II

FTSP Thérapie Sexuelle Positive (Dr. Iv Psalti)  / Accréditation Ordre des Psychologues du Québec (R401425-15 et RA01424-15) et SPF Santé Publique Belgique (SR-NR : 2-42932116)