Archives de catégorie : DEV. PERSONNEL

Les Philo-cognitifs (Odile Jacob 2019)

 

Douance, précocité, haut potentiel et supra-cognition

Les sujets dits surdoués, à haut potentiel intellectuel (HP) ou précoces font l’objet d’études cliniques depuis quelques dizaines d’années déjà.

Pour Fanny Nusbaum, docteur en psychologie et chercheur en neurosciences (Université Claude Bernard Lyon I), il paraît aujourd’hui indispensable de confronter et d’objectiver les connaissances en la matière, en bonne partie fondées sur la pratique clinique, par des recherches éclairées par l’imagerie cérébrale.

Ses récentes recherches au côté du Dr. Olivier Revol, pédopsychiatre (Hôpital neurologique Lyon-Est) et du Dr. Dominique Sappey-Marinier (Université Claude Bernard Lyon I / UCBL Centre de recherche en acquisition et traitement de l’image pour la santé – CREATIS) l’ont amenée – grâce à l’IRMf en particulier – à identifier chez les sujets doués de ce fonctionnement particulier, jusqu’ici définis comme précoces, surdoués ou à haut potentiel, différents caractères qui confortent ou précisent le corpus d’observations cliniques déjà constitué depuis quelques années.

Son ouvrage, Les Philo-cognitifs, paru fin janvier 2019 chez Odile Jacob, révèle les dernières avancées neuroscientifiques en matière de haut-potentiel et définit une nouvelle approche, de nouveaux outils et un nouveau vocabulaire.

 

A nouveau concept, nouvelle appellation

La « philo-cognition » remplace ainsi les termes « Douance », « précocité » ou « haut potentiel intellectuel » qui depuis de nombreuses années désignent, mais aussi stigmatisent et vouent même parfois à la jalousie et aux railleries ces personnalités au fonctionnement cérébral et émotionnel si particulier. La philo-cognition est ainsi trop souvent vécue comme un handicap. Et c’est d’autant plus injuste et inconfortable pour eux, qu’ils sont généralement soucieux de se fondre dans la masse et de ne pas amplifier le rejet dont ils sont l’objet, du fait de leurs centres d’intérêts différents, de leur mode de communication différent, de leur fragilité émotionnelle etc.

Fanny Nusbaum a ainsi cherché un terme qui exprime et décrive la réalité de ce mode de fonctionnement cérébral, émotionnel et comportemental particulier, à travers sa première caractéristique : un besoin vital, permanent et boulimique de penser, réfléchir sur tout et n’importe quoi, pour comprendre le monde, lui trouver un sens et comprendre le sens de la vie, le sens de toutes nos actions et interactions avec les autres et avec le monde.

Le nouveau terme issu de cette recherche, c’est celui de philo-cognitif qui décrit celui qui aime (du grec philos / φίλος) la cognition. C’est à dire la compréhension, la connaissance, la mémoire, le langage, le raisonnement, la spéculation…

La philo-cognition est un système de pensée globale fondée sur l’hyperspéculation, l’hyperacuité et l’hyperlatence.

Fanny Nusbaum décline en outre la philo-cognition en deux profils : complexe et laminaire.

Cette distinction permet d’expliquer certaines particularités comme par exemple l’imagination fertile, l’inadaptation sociale, l’ouverture d’esprit ou la rétention émotionnelle…

 

 

L’imagerie au service des neurosciences

Depuis peu les connaissances cliniques en la matière sont approfondies dans le cadre de recherches en neurosciences, grâce notamment à l’imagerie médicale qui permet littéralement de visualiser l’activité cérébrale, lors de différentes activités, sollicitations ou émotions.

C’est grâce à la collaboration de Fanny Nusbaum au sein du CREATIS (Centre de recherche en acquisition et traitement de l’image pour la santé) animé par le Dr. Dominique Sappey-Marinier au sein de l’Université Claude Bernard Lyon I que les recherches neuroscientifiques, dont l’ouvrage Les Philo-cognitifs rend compte, ont pu aboutir.

Le Dr. Dominique Sappey-Marinier dispose au sein du CREATIS des derniers outils en matière d’imagerie qui tracent l’activité des zones cérébrales durant certaines tâches (parole, mouvement, etc.). Ils sont tout autant utilisés en recherche fondamentale qu’en clinique. Sans trop entrer dans le détail, les outils mis en œuvre au CREATIS sont par exemple La TEP (Tomographie par émission de positons, scintigraphie, PETscan), l’IRMf  (Imagerie par résonnance magnétique fonctionnelle), la MEG (Magnétoencéphalographie).

 

Quelques notions basiques sur les grandes zones du cerveau et leur fonction

Le cerveau supervise le système nerveux central. Ledit Système Nerveux Central est composé de l’encéphale (cerveau + cervelet + tronc cérébral) et de la moelle épinière. Le cerveau est logé dans la boîte crânienne et baigne dans le liquide cérébro-spinal (également appelé liquide céphalo-rachidien).

Le système nerveux périphérique est composé de nerfs qui assurent deux fonctions :

  • la collecte des informations en provenance des différentes parties du corps et de son environnement (notamment grâce aux cinq sens : vue, ouïe, toucher, goût, odorat),
  • ainsi que la transmission au corps des ordres provenant du cerveau (au terme d’un processus électrochimique global, complxe et fulgurent).

Le cerveau remplit de nombreuses fonctions, mais nous considérerons ici seulement ses fonctions cognitives liées au traitement de l’information (sensations, émotions, souvenirs, acquis de l’expérience, croyances…).

Le cerveau est complexe et ses différentes zones sont interactives. Il en existe cependant une représentation qui définit en particulier deux grandes zones « spécialisées », aux fonctions différentes et complémentaires : l’hémisphères droit et l’hémisphères gauche, connectés via le corps calleux (une substance blanche située en son centre).

L’hémisphère gauche traite en général les informations de manière verbale et séquentielle (l’une après l’autre) et l’hémisphère droit, en général, de manière synthétique et spatiale.

Cette représentation, est certes schématique, mais elle est communément utilisée depuis les années 70 :

  • L’hémisphère cérébral gauche – également appelé cerveau gauche – est ainsi notamment le siège de la réflexion, des apprentissages (langage, écriture, mathématiques, sciences), de la raison, des raisonnements, des calculs, du projet et des anticipations, des règles sociales et légales, de la culture, des interdits, des tabous…
  • L’hémisphère cérébral droit (ou cerveau droit) est surtout celui l’instinct, de l’émotion, de l’intuition, des sens (sensitivité, sensibilité et sensualité), de l’improvisation, de la créativité, de la spontanéité… Il est aussi celui du plaisir sensuel, du culte de l’immédiateté (carpe diem), du présent.

Nota : Cette représentation vaut pour les droitiers, mais elle est inversée chez les gauchers, assez nombreux parmi les sujets à haut potentiel.

Chaque hémisphère se décompose en outre en quatre parties externes : le lobe frontal, pariétal, temporal et occipital. A cela on pourrait ajouter ce qu’on nomme le « système limbique » ; c’est-à-dire une zone constituée : de l’hippocampe, du thalamus, de l’hypothalamus, du gyrus cingulaire, des ganglions de la base (appelés aussi noyaux gris centraux), du fornix et des amygdales. De récentes recherches montrent également la présence de neurones dans le système digestifs… mais restons schématiques pour ne pas compliquer notre propos qui se veut généraliste.

 

Un fonctionnement cérébral à part

On pourrait résumer en disant que le cerveau gauche décompose ou analyse les situations et que le cerveau droit ressent, expérimente, improvise et innove. Pour autant, toutes les zones du cerveau interagissent plus ou moins et simultanément, selon les diverses activités que peut suivre l’IRMf, chez tous types de personnes, de différents niveaux « d’équipement cérébral ».

Or, ce qui est caractéristique et frappant chez les philo-cognitifs, c’est l’activité intense de leur cerveau gauche qui gère l’hyperspéculation qui caractérise leur fonctionnement cognitif spécifique, ainsi que la quantité des interactions visibles entre les deux hémisphères et la fulgurance, la spontanéité et la pertinence des réponses qui en découlent. On peut cependant parfois déplorer que ces réponses spontanées et évidentes, pour les philocognitifs, leur soient parfois difficiles à expliquer ou justifier ; ce dont d’ailleurs leurs interlocuteurs ont parfois du mal à s’accommoder.

Mais les philocognitifs n’aiment pas seulement penser, réfléchir, couper les cheveux en quatre ou se faire des nœuds au cerveau (comme le disent ceux qui les côtoient sans toujours les connaitre), même si c’est la caractéristique dominante et partagée par tous les sujets concernés par la philo-cognition, quelles que soient leur appartenance aux différentes catégories dont ils relèvent.

Hypersensibles et hyperesthésiques (ce qui mobilise également leur cerveau droit), les philocognitifs sont aussi empathiques. On dit qu’ils ont « le cœur sur la main ». Ils sont des cœurs purs, ils sont de bonnes âmes… et ainsi des proies faciles pour les personnes moins bien intentionnées qui en font ainsi souvent des souffre-douleurs, des proies. Ils sont également intuitifs, hypersensibles, créatifs et passionnés, recherchant du sens et du lien dans toutes les matières abordées et dans toutes les rencontres.

 

Ultra-cognition et supra-cognition

La cognition qui inclut l’ensemble du champ sensoriel et émotionnel n’est pas cependant limitée à la performance intellectuelle. Ainsi, les performances sportives exceptionnelles et l’habileté ou l’agilité exceptionnelles de certains artiste virtuoses, par exemple, relèvent de ce que Fanny Nusbaum nomme ultra cognition.

L’ultra-cognition est en effet liée à des aptitudes spécifiques dans certains domaines de la perception, de la gestion des informations, dans l’adaptation situationnelle et dans la motricité. C’est elle qui permet et explique l’habileté, l’agilité ou les performances exceptionnelles mais aussi la motivation et la réussite, chez les sportifs de haut niveau, comme chez les artistes virtuoses.

Dans la nouvelle représentation de la douance proposée par Fanny Nusbaum, l’ultra-cognition est le pendant (et parfois un complément) de la philo-cognition. Et ultra-cognition et philo-cognition sont ainsi regroupées dans le champ global défini par Fanny Nusbaum comme supra-cognition.

La supra-cognition intègre ainsi toutes les dimensions de l’intelligence. Et la conjonction très particulière de philo-cognition et d’ultra-cognition peut mener à ce qu’on est convenu d’appeler le génie.

 

Les philocognitifs à la ville, au travail et dans le couple

Les philo-cognitifs complexes, le sens et les études

Les philocognitifs, comme leur nom l’indique (et comme expliqué plus haut) ont un besoin vital, permanent et boulimique de penser et réfléchir pour comprendre les choses et leur trouver un sens.

Ainsi, ce qui n’a pas de sens pour eux ou ce dont ils ne perçoivent pas le sens n’a pas d’intérêt et surtout ne peut pas pénétrer leur intelligence ni se fixer dans leur mémoire.

Les philo-laminaires ont cependant la faculté d’accepter l’abstraction et les règles d’un jeu dont ils ne comprennent pas toujours le sens, mais les philo-complexes sont tellement bombardés d’émotions, de pensées en arborescence et tellement sensibles et réceptifs aux stimulations parasites (musique, bruits divers, inconfort d’une étiquette sur un vêtement…) qu’ils parviennent moins facilement à fixer leur attention. Au cours de leurs études, notamment, ils décrochent… et s’ennuient ; ce qui explique certains troubles de l’attention (TDA).

Un jeune adulte philo-complexe, me disait récemment son manque d’intérêt pour les maths, dès lors qu’ils ne se représentait pas à quoi correspondait réellement telle ou telle équation ou fonction. Ainsi, quelle ne fut pas sa stupeur (et son dégoût) lorsque son prof de maths de classe de 3ème, qu’il avait interrogé sur le sens et l’utilité d’une courbe, lui répondit : « Cette courbe ?!! A quoi elle sert ?!!! Elle sert à ce que tu réussisses ton brevet, ballot ! »

Ecœuré et définitivement perdu, le pauvre naufrager scolaire dut cuver sa phobie scolaire encore quelques années avant de pouvoir trouver du sens aux matières enseignées. Il n’y parvint enfin que bien plus tard, au fil de ses études supérieures, après un bac indigeste vaincu à l’usure à la troisième tentative.

Nombre de philo-complexes abandonnent cependant les études plus tôt, pour n’avoir pas trouvé les bons enseignants, capables d’éveiller leur intérêt et de susciter leur motivation, par une pédagogie adaptée et une attention particulière, propres à éclairer leur enseignement d’un véritable sens, en résonnance avec le besoin immédiat de l’élève de comprendre l’utilité de la matière enseignée (à court et long terme), pour fixer son attention. Anéantis par l’ennui, ces élèves, sont incapables de se motiver à écouter et retenir les cours, lorsqu’ils ne les comprennent pas ou n’en comprennent pas l’utilité.

Un autre jeune patient philo-complexe (également auto-proclamé nul en maths et matières scientifiques), me raconta avoir paradoxalement troqué son statut de cancre (placé dans les 3 ou 5 derniers de la classe tout au long de sa scolarité dans quasi toutes les matières) pour une place de premier en SVT, physique et chimie en classe de première. Pourquoi ? Une meilleure interaction (plus individuelle, plus émotionnelle ou plus ludique) avec le prof qui enseignait ces trois matières cette année-là est la probable explication.

Les cancres abonnés aux dernières places qui parviennent accidentellement et de manière aussi éphémère qu’inattendue à décrocher les premières places sont presque toujours des philo-complexes. Et qu’une pédagogie plus individualisée et plus adaptée et/ou une attention particulière des professeurs aura pu réveiller, l’espace de quelques semaines.

 

 Les philo-cognitifs et le mensonge

Face au mensonge ou à la tricherie, la loyauté naturelle des philo-cognitifs est déstabilisée et malmenée. Ils sont alors égarés car c’est trop compliqué à gérer.

En outre, ne pouvant concevoir eux-mêmes le mensonge, il ne leur vient pas à l’idée qu’on est en train de leur mentir. Ils sont ainsi susceptibles de tomber dans de nombreux pièges (relationnels ou manipulation).

Les philo-cognitifs ne ressentent souvent pas le menace du mensonge ou de la manipulation, même s’ils ont une forte intolérance à l’injustice (mais pas spécialement à celle dont ils sont les victimes). Confrontés aux menées mensongères et/ou malveillantes des autres, ils sont ainsi parfois incapables de les identifier et de s’en prémunir.

La mauvaise foi est ainsi un supplice pour nombre de philocognitifs, par définition étrangers à l’idée de mensonge et réfractaires à l’idée qu’on pourrait leur mentir. Pour eux le monde est déjà assez dénué de sens et compliqué comme ça et ils buggent face au mensonge ou à la manipulation.

Pour eux, mentir, ce ne serait, en outre, pas seulement trahir les autres, mais – pire – se trahir soit même ou se renier, comme si ce qu’on est, ce qu’on fait, ce qu’on dit ou ce qu’on pense était sale ou indigne.

Comment ainsi garder une estime de soi-même quand on ment aux autres ou quand on se ment à soi-même ? C’est pour ça que le faux-self dont il se sont souvent affublés au fil du temps (inconsciemment et par nécessité vitale) est à la fois douloureux et difficilement identifiable pour eux. Et c’est d’ailleurs pour ça que nombre d’entre eux sont tétanisés à l’idée de se reconnaître philo-cognitifs, tant ils ont intégré leur faux-self... au point de ne pas identifier que cette carapace est en fait un peu un étranger pour eux.

Et même si mentir leur paraît parfois un moyen de protéger ceux qu’ils aiment, ils ne sont finalement pas sûrs que ce soit un service à leur rendre à long terme. En tout cas ça complique, finalement, beaucoup la vie.

Mais surtout, comme ils sont empathiques, ils ne souhaitent pas biaiser, tricher ou mentir pour s’imposer. Un patient philo-complexe me confiait par ailleurs récemment que pour lui un jeu de société ou une compétition sportive perd son sens et donc son intérêt si l’on triche. D’où, pour lui, un sentiment d’injustice, de perte de sens, d’intérêt et de révolte lorsqu’il est confronté au mensonge ou à la tricherie.

Les méchants et les manipulateurs n’existent ainsi pas pour eux. Et ils se font ainsi régulièrement vampiriser, parasiter et piller par des pervers narcissiques sans scrupules, dont ils refusent d’identifier le mal et de ce fait sont incapables de se débarrasser. Leur besoin d’interaction émotionnelle, de reconnaissance et d’amour les conduits en outre à prendre leurs désirs pour des réalités et à ne voir en ceux qui s’intéressent à eux que des personnes bienveillantes (à leur propres image) alors qu’il peu également s’agir de prédateurs fascinés par leur intelligence, mais jaloux et désireux d’en tirer avantage.

 

Les philocognitifs et la jalousie

La jalousie est un sentiment de personnes qui se croient moins capables que les autres de parvenir à la réussite. Même si les philocognitifs manquent parfois d’estime d’eux-mêmes ils ont pu expérimenter combien leur capacité à la suradaptation leur permettait d’atteindre des objectifs ambitieux. Ils peuvent ainsi, paradoxalement, avoir une bonne confiance en eux, sans toujours posséder une grande estime d’eux-mêmes, se considérant parfois même des imposteurs quand ils connaissent une réussite qu’ils imaginent imméritée ou trouvent de manière fulgurante mais inexplicable des solutions qu’il ne savent pas démontrer. Leurs professeurs les traitent d’ailleurs souvent à cette occasion de tricheurs ou de fumistes.

Les philocognitfs font ainsi fréquemment les frais de l’incompréhension ou du rejet.

Dans le couple, leur fidélité aux engagement pris, leur foi en l’Homme et en l’Autre les font souvent penser que « ça va s’arranger » et qu’ils pourront un jour toucher le cœur de l’autre pour le rendre bon.

Les philocognitfs s’emploient ainsi à ignorer que de mauvaises personnes existent (aux qualités mentales et humaines parfois douteuses) et que ces personnes, souvent jalouses et exclusives n’ont d’autre recours pour réussir qu’exploiter les autres, tromper, mentir, manipuler.

Les philocognitfs sont des cœurs simples mais de esprits droits et ils ressentent rarement la jalousie, car ce que possèdent les autres ou ce dont sont capables les autres ne leur parait jamais d’un accès impossible. Et ce guère davantage dans le couple que dans la vie sociale ou professionnelle, par ce que leur confiance en eux les rend confiants dans leur capacité à être aimés pour qui ils sont… même si ce n’est en fait pas souvent le cas… surtout lorsqu’ils sont confrontés à l’incompréhension de non-philocognitifs.

La médiation et la thérapie conjugales au sein de couples mixtes est ainsi un domaine complexe que de rares médiateurs ou thérapeutes ont investi. Parmi eux, je citerai Arielle Adda. Arielle Adda est une psychologue parisienne, spécialiste des sujets philocognitifs, présentant des troubles émotionnels ou des problèmes d’intégration en milieu scolaire ou dans le couple.

 

Les philocognitifs et les troubles de l’attention

Il faut considérer le désordre qu’on nomme TDA, en prenant en compte l’hyperesthésie et l’hypersensibilité des philocognitifs et le fait que ces sujets sont submergés d’émotions, de stresses, d’informations et de perturbations (sonores, lumineuses etc.).

Ces inputs perturbent leur attention et leur application, car le cerveau et ses fonctions inhibitrices d’infos secondaires peinent à les gérer.

Ces mêmes inputs sont moins nombreux et moins violents chez les neurotypiques et correctement gérés. Mais l’attention et la concentration des philocognitifs (neuroatypiques), littéralement submergés, en est affectée.

 

Bien d’autres particularités des sujets philo-cognitifs méritent d’être évoqués mais ce court article n’a pour toute prétention que de renvoyer à la lecture de l’ouvrage Les Philo-cognitifs (Odile Jacob 2019).

 

Philippe Lamy

Médiateur diplômé, de l’Institut de Psychologie de l’Université Lyon II (2000)

Coach adhérent de l’European Mentoring and Coaching Council (EMCC France et EMCC International) n°23124, appliquant la charte déontologique https://www.emccfrance.org/deontologie-coach-mentors/

FTSP Thérapie Sexuelle Positive (Dr. Iv Psalti)  / Accréditation Ordre des Psychologues du Québec (R401425-15 et RA01424-15) et SPF Santé Publique Belgique (SR-NR : 2-42932116)

 

Caresses, massage et neurosciences…

 

Caresses, massage et neurosciences…

Le massage, toucher bienveillant ou les caresses sont des signes de tendresse ou d’attention portés à l’autre. Le premier contact au monde d’un petit mammifère et notamment d’un petit d’Homme, est celui du toucher bienveillant et des caresses de sa mère.

Les bienfaits thérapeutiques des caresses sont connus de tous… et les graves carences que leur manque peut occasionner le sont tout autant.

D’inhumaines expériences, menées dans des orphelinats de l’ancien bloc de l’Est, montrent en effet les ravages psychologiques sur une population de jeunes individus d’une absence volontaire de tout toucher peau à peau et de toute caresse, depuis l’âge du biberon jusqu’à l’adolescence.

  

Comment la science explique-t-elle cela ?

Notre peau n’est pas seulement l’enveloppe de notre corps. Elle est aussi l’organe du toucher. Elle contient un très grand nombre de capteurs sensitifs (environ 1 500 000).

Ces capteurs identifient, décryptent et interprètent, à la fois, ce qui nous touche, entre en contact avec notre épiderme et ce que nous touchons. Puis ils transmettent au cerveau les informations nécessaires à nous protéger des agressions (piqûres, chaleur, froid, humidité etc.) et à guider certaines de nos actions.

Au dire de l’enseignant-chercheur Laurent Misery de l’Université Bretagne Occidentale (Laboratoire de Neurosciences de Brest), la peau est un organe aussi sensible et performant que l’œil.

Lorsque la peau est caressée, les messages qu’elle envoie portent sur l’intensité, le sens, la profondeur, la localisation, la température et les caractéristiques du contact.

Les récepteurs de notre épiderme sont alors stimulés, de telle manière qu’on pourrait dire qu’elle occasionne une transmission d’énergie qui recharge nos batteries.

Le contact peu à peau provoque en effet dans le cerveau la sécrétion des neurotransmetteurs et notamment des hormones liées au plaisir :

  • les endomorphines qui calment, apaisent, adoucissent et plongent dans un état euphorique ;
  • l’ocytocine, dite « hormone de l’attachement », qui nous lie durablement aux autres ;
  • la dopamine, qui donne de l’énergie et régule l’humeur ;
  • la sérotonine, également impliquée dans la gestion des humeurs et associée à l’état de bonheur

Ce cocktail contribue à notre bien-être et alimente un cercle vertueux qui contribue notamment :

  • à une diminution du stress,
  • au développement de l’empathie,
  • à une augmentation de la confiance,
  • au renforcement de l’attachement,
  • à la croissance de l’affection réciproque


Nous avons tous besoin de câlins, de tendresse et de manifestations bienveillantes pour survivre, pour fonctionner et pour grandir. Car les câlins et autres contacts affectueux développent le cerveau des enfants et font notamment mûrir le cortex préfrontal, zone essentielle du cerveau.

 

Perte de libido et souffrance

Au cours de mes consultations en sexothérapie et autres médiations familiales, j’ai pu observer l’immense souffrance et le gâchis que représente parfois la perte de libido d’un des conjoints, pour l’autre, ou bien une situation de conflit larvé au sein du couple qui ferme la porte au rapprochement des corps.

On est ainsi étonné, lors des séances de thérapie de groupe, de voir avec quelle simplicité et quelle ferveur, les participants acceptent de se prendre les uns les autres dans les bras, parfois pendant plusieurs longues minutes, manifestant leur besoin de bienveillance de toucher et d’amour.

 

Toucher et plaisir sensuel

Elaine Chapman du Département de physiologie de l’École de réadaptation de l’Université de Montréal (Centre de recherche en sciences neurologiques) affirme même que des terminaisons nerveuses de l’épiderme sont spécialisées dans le plaisir. Elles se situent dans les zones duveteuses, autour des follicules pileux : le dos, les avant-bras… Elles sont nommées fibres C tactiles.

Ces fibres s’activent dans de légers mouvements à rebrousse-poil.

Leurs capteurs sont sensibles à la plus ou moins grande rapidité et à la plus ou moins grande pression du toucher. Ils envoient des signaux électriques au cerveau qui sont réceptionnés par l’insula, région cérébrale spécialisée dans les émotions, qui diffuse ensuite le plaisir… si le cerveau contrôlant accepte de s’ouvrir au plaisir.

Les conditions idéales pour qu’une caresse procure du plaisir sont nombreuses et les plus déterminantes sont psychologiques / cf. https://medi-therapie.com/plaisir-sensuel-lacher-prise-et-pleine-conscience/.

Au plan strictement technique et si les bonnes conditions psychologiques sont réunies : La pression de la main doit être modérée. La vitesse ne doit être ni trop rapide ni trop lente (environ 2,5 centimètres par seconde) et la température de la main qui caresse doit avoisiner 32 degrés.

Mais attention la pression ou la rapidité du massage ne doivent pas être trop uniformes, car il y a un risque de monotonie et de prévisibilité peu favorable à la montée du désir… préalable nécessaire au plaisir / cf. http://www.massage-feminin-lyon.fr/massage-tribo-sense/.

En phase finale (préorgasmique) la pression, la rapidité et la lubrification des zones érogènes stimulées doivent au contraire être régulières et prendre en compte le tempo respiratoire du sujet massé et son accélération finale.

 

Le Ki-golo, outil thérapeutique traditionnel africain

Monsieur Ismaël – guérisseur traditionnel sénégalais qui fut un de mes premiers maîtres en thérapie – me dit un jour : « Quand je suis arrivée en France à 19 ans, j’ai été étonné de voir à quel point le toucher et les caresses étaient diabolisés. Je suis d’une lignée de guérisseurs qui massent et caressent les corps et les âmes en peine. Et je n’arrive pas à comprendre que pour soigner un corps qui souffre on pense d’abord aux piqûres avant de penser aux caresses. Que fait une maman qui voit son enfant pleurer ? ».

Le Ki-golo que pratiquait Monsieur Ismaël repose sur la douceur et une forme d’enveloppement protecteur. Il avait comme des yeux au bout des doigts. Il enveloppait les personnes de ses immenses mains protectrices, mais n’utilisait pas toujours ces mélanges d’huile d’argan (ou de beurre de karité) et d’huiles essentielles dont il avait le secret.

Il se posait un long moment, immobile, au côté du patient allongé (il disait « la personne » car il n’employait ni le terme de client, ni celui de patient). Il déployait ses deux mains bien à plat sur la nuque et le coccyx de la personne. Puis attendait que les souffles des deux protagonistes soient apaisés et alignés. Il était alors comme en communion avec elle et sentait ce que son corps en souffrance demandait. Il l’apaisait alors par de lents mouvements d’enveloppement, parfois accompagnés de mots rassurants. Il lui communiquait ainsi son amour, son énergie et apportait la paix à son âme et à son corps.

Parfois il ne massait pas ou peu et l’échange était de nature plutôt verbale (comme une psychothérapie moderne). Parfois au contraire il parlait peu et touchait seulement la personne.

Son approche s’apparentait à ce qu’on appelle aujourd’hui la psychosomatothérapie, voire une certaine médecine intégrative. Monsieur Ismaël disait soigner le corps par l’esprit et l’esprit par le corps.

Voici le récit de ma rencontre avec lui : http://medi-therapie.com/medecine-traditionnelle-africaine/.

 

Philippe Lamy

Médiateur diplômé, de l’Institut de Psychologie de l’Université Lyon II (2000)

Coach adhérent de l’European Mentoring and Coaching Council (EMCC France et EMCC International) n°23124, appliquant la charte déontologique https://www.emccfrance.org/deontologie-coach-mentors/

FTSP Thérapie Sexuelle Positive (Dr. Iv Psalti)  / Accréditation Ordre des Psychologues du Québec (R401425-15 et RA01424-15) et SPF Santé Publique Belgique (SR-NR : 2-42932116)

 

Histoire et Pleine conscience  

 

Pleine conscience (de l’instant présent), versus pensée élaborée, stress de performance ?

L’espèce humaine moderne (homo sapiens) est équipée d’un cerveau atypique au sein du règne animal.

A l’aube de l’humanité, nos ancêtres homo sapiens n’étaient guère plus que des animaux comme les autres, tantôt gibiers, tantôt chasseurs. Leur cerveau leur servait essentiellement à savoir réagir aux situations du présent, par exemple chercher un abri, chasser, cueillir des baies et des fruits pour se nourrir, combattre ses ennemis, se reproduire, nourrir ses enfants, combattre ou fuir ses prédateurs…

Il faut s’imaginer l’état du territoire appelé aujourd’hui européen à l’époque où homo sapiens commence à le coloniser, aux environs de – 40 000 avant Jésus-Christ.

À l’époque la population mondiale est de moins de 2 millions d’habitants. Il n’existe aucune ville au monde, ni même aucun campement de plus de 150 personnes. Car les tribus ne sont constituées que d’une dizaine ou de quelques dizaines d’individus.

La surface des zones les plus tempérées est constituée de forêts primaires et il n’existe aucune route aucun chemin. Il n’existe aucun repère ni au sol ni ailleurs (puisqu’il n’existe aucune carte). Les hordes humaines ont ainsi peu de chance de se rencontrer.

On peut en conclure que la stimulation liée aux échanges est extrêmement faible. Il est ainsi difficile de trouver des partenaires sexuels hors d’un cercle de consanguinité restreint. On peut supposer que l’organe voméronasal (également appelé organe de Jacobson) d’homo sapiens était plus réceptif qu’aujourd’hui aux signaux chimiques (phérormones) du sexe opposé pour identifier les partenaires sexuels compatibles et s’en faire identifier

 

Adaptation : sélection naturelle

Mais, au fil de la préhistoire, ce cerveau a permis à nos ancêtres ont appris à anticiper les situations liées aux dangers qui précarisent et menacent de la vie sauvage.

Ils ont aussi appris à concevoir et réaliser des outils

Ils se sont enfin sédentarisés en passant du statut de chasseurs-cueilleurs à celui d’agriculteurs-éleveurs (révolution agricole, à partir de -12 000 à -10 000 ans avant JC).

Ceci les a conduits à s’organiser en sociétés. Ils ont dû apprendre planifier et s’inscrire dans différents projets de moyen et long terme (commerce, politique).

 

Une société complexifiée et plus hiérarchisée

À un rythme variable, selon les sociétés, les activités humaines se sont complexifiées et hiérarchisées, avec l’apparition du troc, puis des monnaies, des grandes citées avec leurs cohortes de hauts dignitaires, de fonctionnaires d’armées. Sont apparus alors le calcul et l’écriture, les religions.

Et chaque fois nos ancêtres ont dû, pour survivre, anticiper, s’adapter à la complexité et à la sévérité de la vie en société.

Cette nouvelle organisation sociale en cités et états apportait, certes, un certain confort pour nos ancêtres les plus adaptables, mais amplifiait aussi les fléaux historiques de l’humanité :

  • épidémies,
  • famines,
  • guerres et injustices ;

Les moins forts physiquement ou les moins « équipés » mentalement ayant toute chance d’être génétiquement éliminés.

 

Le projet, le calcul, l’anticipation deviennent vitaux pour l’homme moderne et sont ainsi survalorisés.

La pleine conscience de l’instant présent est dès lors négligée, ignorée et le plaisir sensuel est disqualifié, stigmatisé, diabolisé… 

Cette évolution de l’espèce s’opère au moyen d’une sélection naturelle qui amène l’humanité moderne à surinvestir l’anticipation, le calcul, le projet, au prix d’une déconnection de l’instant présent.

  • Comment convaincre, en effet, un écolier de faire ses devoirs, plutôt que d’aller jouer au ballon et donc de renoncer à un plaisir immédiat, si ce n’est en lui promettant des gratifications en fin d’année s’il réussit ses examens et un avenir (souvent matériel) radieux ?
  • Comment convaincre des millions de travailleurs d’obéir à des règles et des chefs parfois durs et injustes pour de bas salaires, si ce n’est en leur promettant un au-delà meilleur ou en leur faisant miroiter un avenir meilleur pour leurs enfants (ascenseur social) ou encore d’hypothétiques gains à la loterie ?

La morale et l’inconscient collectif inspirés par les grandes religions instituent en outre nombre d’interdits et de tabous qui diabolisent les satisfactions et les plaisirs immédiats et survalorisent l’ascèse, le renoncement.

Nous sommes ainsi exposés à une injonction de performance et nous devons nous adapter, à marche forcée, à une concurrence effrénée qui conduit les plus exposés ou les plus vulnérables au seuil du burnout.

Claire, jeune juriste d’une société de conseil me confiait récemment : Je suis explosée de fatigue. Mon cerveau ne trouve pas le repos. Une idée en amène une autre, des cascades d’autre en arborescence… et je ne m’endors qu’au petit matin ou me réveille au milieu de la nuit, épuisée, angoissée. Mon cœur bat à se rompre comme si je terminais une course poursuite. J’ai peur de ne pas arriver, de décevoir (mes collègues, ma famille), de devoir renoncer à mon poste. Je n’en peux plus. Je voudrais descendre du manège… »

 

Stoïcisme, hédonisme et pleine conscience

Le burnout nous guette ? Mais comment faire ralentir le manège qui nous emporte à grande vitesse au risque de se rompre et de nous broyer ?

La recherche d’un ancrage dans l’instant, dans la pleine conscience, dans les sensations positives du corps – ici et maintenant – constitue un des recours thérapeutiques les plus efficaces. La danse, le yoga, la méditation de pleine conscience, le massage, l’art thérapie sont les voies les plus courantes vers la redécouverte des sensations de son corps et dans la pleine conscience de l’instant.

Autre approche plus philosophique, les stoïciens, les hédonistes ou les bouddhistes nous appellent à ne pas rechercher le bonheur dans le projet, mais à prendre conscience que le bonheur se trouve aussi dans l’acceptation et la pleine conscience de l’instant présent.

  • Pour les stoïciens, la douleur n’est qu’une tension que notre esprit refuse. Si nous entrons dans la pleine perception objective de cette tension, si nous arrivons à l’appréhender dans toute son étendue, toute sa violence et parvenons à l’accepter, nous pouvons la percevoir comme une jouissance ultime. Certains stoïciens allaient jusqu’à se faire broyer un genou dans un étau pour vivre ce défi de la pleine conscience à l’instant présent (c’est ce que rapporte Arrien de Nicomédie, disciple d’Epictète). Cette démonstration est l’exemple le plus ultime des expériences de pleine conscience de l’instant présent, puisque qu’il obère gravement le futur, par le caractère irréversible de la mutilation opérée. En effet vivre l’instant présent au point de sacrifier, saccager tout possible avenir et l’exemple ultime du lâcher-prise.
  • Les hédonistes sont également prêts à se noyer dans la pleine jouissance des plaisirs terrestres de l’instant, mais les conséquences de cet abandon au plaisir en pleine conscience n’entrainent pas de conséquences aussi graves, sur le futur, que les automutilations de certains stoïciens.
  • Les bouddhistes refusent également l’idée de miser sur un projet d’un bonheur futur hypothétique auquel on devrait sacrifier l’instant présent.

Pour eux, le bonheur est un état relativement stable chez chaque individu, suivant son acceptation de lui-même et de ses limites et ses dispositions au bonheur.

Ainsi, l’atteinte de tel objectif (mariage, naissance d’un enfant, réussite professionnelle, gain à la loterie) ou au contraire la survenance d’événements tragiques (deuil, maladie, faillite) ne constituent que des épisodes passagers qui élèvent ou abaissent provisoirement notre niveau de bonheur.

Ce constat que notre bonheur dépend parfois plus de nous que d’événements conjoncturels extérieure est une chose assez répandue. Nombre d’entre nous en ont eu l’intuition ou en ont déjà fait l’expérience.

Mais le message radical du bouddhisme, c’est que – pour atteindre au bonheur – il est inutile de courir le monde, de bâtir des projets, d’entreprendre et que la meilleure voie vers la plénitude est de se contenter de développer son attention, sa présence à soi-même, en pleine conscience et sa présence aux autres et au monde en toute bienveillance.

 

Philippe Lamy

Médiateur diplômé, de l’Institut de Psychologie de l’Université Lyon II (2000)

Coach adhérent de l’European Mentoring and Coaching Council (EMCC France et EMCC International) n°23124, appliquant la charte déontologique https://www.emccfrance.org/deontologie-coach-mentors/

FTSP Thérapie Sexuelle Positive (Dr. Iv Psalti)  / Accréditation Ordre des Psychologues du Québec (R401425-15 et RA01424-15) et SPF Santé Publique Belgique (SR-NR : 2-42932116)

 

Plaisir féminin, lâcher-prise et pleine conscience

 

Plaisir féminin, lâcher-prise et pleine conscience

Ce n’est plus aujourd’hui un mystère pour personne, l’organe du plaisir féminin n’est pas seulement le clitoris, mais avant tout le cerveau.

La stimulation mécanique du clitoris et des zones réputées érogènes est certes nécessaire à la montée du plaisir féminin, mais le cerveau a seul le pouvoir de décider de lui donner sa pleine ampleur ou au contraire de l’inhiber, voire la censurer totalement.

Mille choses positives ou négatives régulent en effet le désir, puis le plaisir, au niveau cérébral.

Les fans d’une star du rock ou du cinéma auront souvent activé au maximum leur désir avant sa rencontre. Et si par miracle elles la croisent un jour et ont un rapport amoureux avec ladite star, elles seront dans une disposition optima au plaisir. On peut également penser qu’une amoureuse qui retrouve la personne aimée après une longue absence sera mentalement réceptive aux caresses et la montée de son plaisir, à la stimulation de ses zones érogènes, sera optimale. De même manière, un film érotique (correspondant à la sensibilité et/ou à fantasmagorie du sujet) ou un rêve éveillé ou encore un fantasme, potentialisera l’effet des caresses, garantissant une récompense sexuelle de bon niveau.

Pour certains sujet hyperesthésiques (généralement philocognitifs) la perception de messages chimiques émis par de potentiels partenaires (phéromones) placera leur cerveau en état de grande disposition au désir et au plaisir.

A l’inverse, une stimulation de la zone du clitoris et des zones érogènes – pourtant parfaite au plan technique – restera :

  • peu productive de plaisir,
  • pas du tout productive de plaisir,
  • voire insupportable.

Une telle stimulation physique constituera même un véritable trauma :

  • Si le sujet manque de confiance en son image corporelle et/ou son potentiel érotique, s’il doute des sentiments de son partenaire, s’il a connu un épisode douloureux le privant temporairement ou plus durablement d’une sensibilité émotionnelle favorable ou si un traumatisme passé (deuil, viol, trahison amoureuse), ses valeurs et/ou sa morale personnelles lui interdisent le plaisir sensuel ;
  • Si cette stimulation sensorielle intervient dans des circonstances, un temps ou un lieu jugés inappropriés ou si la morale du sujet ou l’inconscient collectif (le regard des autres) inhibe la libido du sujet (par ex. pendant un repas familial, au travail, pendant la chute d’un avion en flammes, le matin plutôt que le soir…) ou si son cerveau est court-circuité par le stress ou l’injonction de performance (cf. https://medi-therapie.com/histoire-et-pleine-conscience/), voire en burnout ;
  • Et surtout si cette stimulation n’est pas opérée par une personne choisie et/ou agréée (consentement) ou par une personne aimée… mais disqualifiée par une trahison encore cuisante et non pardonnée (liste bien sûr non exhaustive).
    Je ne nomme pas seulement ici la stimulation physique des zones érogènes, mais de simples avances, opérées par des personnes jugées irrecevables(ou inconcevables) par le cerveau (par leur apparence physique, leur hygiène, leur genre, leur âge, leur statut social, leur violence, leur parenté, leur inconduite passée etc.).

Conscientes de la nécessité vitale des hormones que procurent le plaisir sensuel (endorphines, sérotonine, dopamine…), certaines femmes victimes de blocages mentaux considèrent que c’est là une double peine qui s’ajoute à leur privation de plaisir sensuel. Et que les nombreux freins à l’accès au plaisir, évoqués ci-dessus, représentent une violence faite aux femmes comparable à une excision virtuelle, d’un caractère insidieux et intolérable.

Leur désir d’en sortir peut ainsi les amener à différentes approches thérapeutiques. La plus classique relèvent de la psychothérapie qui s’attaque à la racine psychanalytique des blocage. Mais il existe aussi une approche plus comportementale pour les femmes décomplexées et libérées. Celle du massage de pleine conscience.

Les deux approches peuvent d’ailleurs se combiner ou se compléter, mais il faudra plutôt commencer par l’approche psychothérapeutique. Et c’est, dans ce cadre là – et lorsque le thérapeute jugera la patiente prête – que le thérapeute pourra l’adresser à un praticien du massage de pleine conscience.

Ainsi, lorsque les circonstances ne sont pas favorables à la rencontre d’un partenaire sexuel idéal ou bien si les patientes sont conscientes des innombrables freins que leur cerveau est capable de mettre entre leur plaisir et elles, le massage érotique de pleine conscience est une voie vers le véritable lâcher-prise, susceptible de favoriser la libération des hormones du plaisir dont tout organisme a besoin (peut-être au même titre que ces vitamines dont elles supplémentent si volontiers leur alimentation).

Le massage de pleine conscience s’entend en effet comme une immersion dans la pleine conscience de l’instant présent et des sensations primaires objectives de l’instant, une immersion tendant à éloigner le parasitage desdites sensations par les innombrables censures du cerveau.

 

Pleine conscience et toucher thérapeutique

Le lâcher prise, l’accès à la pleine conscience de ses sensations physiques (épidermiques ou plus profondes) est souvent impossible aux personnes sous stress, tétanisées et parfois en totale perte de repères.

Nos perceptions subjectives, nos sensations sont en effet éminemment influencées par nos croyances, nos émotions, notre histoire, l’inconscient collectif et les tabous qu’il véhicule… Offrir sa peau sans défense au toucher d’un inconnu est une démarche courageuse et parfois désespérée pour ces personnes sous un tel stress.

C’est pourquoi il est apparu nécessaire, au Dr. Psalti, de définir le toucher proposé dans un cadre thérapeutique, comme vous le lirez sous sa plume dans son article / cf. http://www.massage-feminin-lyon.fr/massage-erotique-pleine-conscience/.

Ceci dit, force est de reconnaître que la demande de massages de pleine conscience dans le cadre de pathologies légères, voire d’un simple désir hédoniste ou de bien-être reste la plus nombreuse. Mais, il n’y a – dit-on – pas de mal à se faire du bien et une technique qui a reçu une caution scientifique a toute chance a minima de ne pouvoir apporter que de bonnes choses dans un simple objectif hédoniste, si elle est mise en œuvre par des praticiens respectueux, formés et reconnus dans cette matière.

 

Philippe Lamy

Médiateur diplômé, de l’Institut de Psychologie de l’Université Lyon II (2000)

Coach adhérent de l’European Mentoring and Coaching Council (EMCC France et EMCC International) n°23124, appliquant la charte déontologique https://www.emccfrance.org/deontologie-coach-mentors/

FTSP Thérapie Sexuelle Positive (Dr. Iv Psalti)  / Accréditation Ordre des Psychologues du Québec (R401425-15 et RA01424-15) et SPF Santé Publique Belgique (SR-NR : 2-42932116)

6

 

 

 

 

Zone de confort, transgression et liberté

La transgression c’est le non-respect volontaire (voire militant), d’une obligation, d’une loi, d’un ordre, des règles, d’une limite (ou de ses limites) et/ou des croyances et valeurs communément partagées par le groupe humain, dont on est issu.

 

La transgression, une manière de souligner les normes

La transgression ne s’oppose pas à une limite, mais elle franchit les limites, dans leur principe. C’est-à-dire qu’elle affirme la possibilité de vivre au-delà des interdits. Ce sont ces interdits ou tabous  qui distinguent l’humain de l’inhumain ou simplement l’humain, de l’animal[1].

La transgression, c’est franchir une ligne interdite (plus ou moins sciemment) en bafouant les règles élémentaires de vie en société, clandestinement (seul ou en groupes secrets : messes noires, pratiques échangistes et/ou SM, cannibalisme, nécrophilie, scatophilie…) ou de manière revendicative, ironique et/ou désespérée  (GayPride, punk ou gothique attitude, terrorisme…).

La transgression a en effet parfois un caractère ostentatoire : On enfreint la loi, pour être vu et identifié comme un élément réfractaire, voire rebelle ou dissident, indépendant et/ou courageux, et, surtout, pour obtenir la reconnaissance du groupe auquel on souhaite être identifié et/ou agrégé (sentiment d’appartenance parfois, recherché des exclus de la société « bourgeoise »).

Chez l’adolescent, la tendance à la transgression des règles correspond à un stade décisif de formation de la personnalité et de développement intellectuel (apparition du libre-arbitre, de l’esprit critique), car elle remet en cause la légitimité du système de valeur, du groupe dont on est issu, auparavant considéré comme évident et/ou naturel.

De la même manière, chez des adultes en mal d’identité ou exposés à une souffrance, liée à une hypertrophie cérébrale gauche[2], la transgression thérapeutique  (le jeu  avec les limites ou de mini-transgressions) pourra contribuer à un salvateur recadrage identitaire (Qui suis-je ?  Qu’est-ce que je veux vraiment ?  Que serais-je prêt(e) à sacrifier des règles que m’impose mon éducation pour parvenir à mes objectifs des vie ?  Quelles sont les règles et croyances auxquelles je choisis de souscrire ?).

La transgression est parfois une recherche inavouée ou inconsciente d’une sanction ou d’une punition. Elle peut parfois ainsi favoriser l’identification et la reconnaissance des règles de conduite et des principes moraux que l’on a voulu enfreindre, voire l’acquisition des notions de bien et de mal.

Par ailleurs, transgression et système de valeur vont de pair et ne se conçoivent pas l’un sans l’autre. Lorsqu’on transgresse, c’est bien sûr par rapport à un système de valeur donné, que l’on tend alors à dépasser ponctuellement et auquel, par là même, on se réfère, de facto. Paradoxalement, la transgression dessine donc en négatif l’existence des principes moraux et des règles de conduite qu’elle prétend remettre en question (s’il n’y avait pas de limite, il n’y aurait pas de franchissement  de limite et s’il n’y avait aucune règle, il n’y aurait plus de notion de transgression).

 

Sortir de sa zone de confort : la clé de l’apprentissage

Pour Romain Gary, résistant, héros épique des temps modernes et écrivain, « la vraie vie ne commence qu’au-delà de notre zone de confort » ; c’est à dire au-delà de nos limites.

Ce concept de zone de confort est à la base de tout apprentissage, de toute transformation et de toute évolution. La zone de confort représente ce que nous avons l’habitude de faire, de penser, de ressentir. C’est ce que nous connaissons et qui nous est familier, y compris nos expériences passées positives et négatives ainsi que nos comportements constructifs et destructifs. Ce sont toutes nos connaissances à ce jour.

Si nous voulons grandir, nous dépasser, il nous faut quitter le monde familier et nous aventurer en terre inconnue, hors de nos limites. Franchir ces limites comporte un risque, car nous ignorons ce qui se passera et si nous serons capables de gérer la nouvelle situation. Ainsi, nous préférons souvent nous cantonner à ce que nous maîtrisons déjà : la somme de nos expériences vécues. Or, cette zone dans laquelle nous nous réfugions correspond également à nos limites, et plus nous gagnons en expérience, plus nous aurons de raisons valables pour demeurer à l’intérieur de notre zone de confort, d’autant plus qu’elle paraît étendue à nos yeux.

Apprendre signifie toujours qu’il faut prendre un risque. Et on ne progresse que par ses échecs (Piaget). A chaque pas que nous effectuons en dehors de notre zone de confort, celle-ci s’étend. A chaque fois que nous caressons une nouvelle idée, que nous faisons ou ressentons quelque chose de neuf, nous agrandissons notre zone de confort. En d’autres termes : nous évoluons, nous grandissons.

Ainsi, notre capacité à prendre des risques, à dépasser nos limites, à sortir hors de notre zone de confort forme la clé de notre évolution.

 

Sortir de sa zone de confort, une forme ultime de liberté

Sortir de sa zone de confort est ainsi la forme ultime de la liberté individuelle. Mais si notre idéal de liberté peut nous conduire à nous affranchir de certaines limites, c’est aussi notre idéal de liberté qui doit nous conduire – dans un Etat de Droit – à respecter les limites des personnes avec qui nous sommes en interaction. Car le droit à l’exercice de la liberté de chacun à pour limite ultime le droit des autres à défendre leur propre liberté ; et ce droit souverain à la liberté impose de facto à tous une limite dans leurs interactions avec autrui comme avec l’environnement, puisque le principe même de liberté suppose le respect de la liberté des autres, y compris celle de nous dire non. Les personnes qui ne respectent pas ce principe sont des gourous ou pour le moins des prédateurs et non des personnes réellement désireuses de défendre le principe de liberté. Nous n’avons ainsi par exemple aucune légitimité à prétendre imposer nos choix, nos théories, notre mode de vie à quiconque, pas plus qu’à polluer ou détruire notre environnement.

 

La liberté des uns s’arrête là où commence celle des autres, dit le proverbe

Sortir de sa zone de confort est aussi une théorie à la mode. Mais l’idéal de liberté qui anime ceux qui s’y aventurent doit relever d’une démarche individuelle et volontaire et ne pas répondre à une mode ou à une injonction sociale… sinon le sens même de cette démarche libératrice est dévoyé.

Il y a en effet plusieurs catégories de personnes :

  • Les gens qui n’ont jamais entendu parler de cette démarche individuelle de développement personnel ou ne souhaitent pas sortir de leur zone de confort ;
  • Les personnes qui seraient tentées par telle ou telle folie ou transgression, mais sont par principe persuadées que rester dans leur zone de confort les protège ou est plutôt une bonne chose ;
  • Celles qui se moquent des théories à la mode, n’ont pas trop de principes et sortent à l’occasion, de leur zone de confort, sans états d’âme ;
  • Celles qui pensent que sortir de sa zone de confort est une manière de tester ses limites et d’exercer leur liberté individuelle. Et qu’il est sain ludique, voire même jubilatoire par principe – à l’occasion– de sortir de sa zone de confort et que ça ne peut que contribuer à leur développement personnel de prendre un peu de recul par rapport aux règles, à la morale et/ou aux injonctions sociales. Mais qui respectent le fait que les autres puissent fonctionner sur un modèle ou un rythme différent et ne font pas de prosélytisme ;
  • Il y a enfin les prédateurs qui brandissent la bannière d’une abolition des règles ou des limites, animés non pas par un idéal de liberté, mais par un désir d’asservissement des autres (à leurs propres choix, à leur propre bien-être). Il ne s’agit pas toujours de grands gourous, mais parfois de simples manipulateurs et/ou de pervers narcissiques au petit pied, comme il en existe malheureusement pas mal. Face à de telles personnes, apprendre à faire confiance à son instinct est la meilleure façon de s’en protéger. Et si on a un seulement un doute, sur les bonnes intentions d’une personne, sur sa bienveillance et son respect, c’est déjà trop et mieux vaut s’en tenir éloigné.

 

Retrouver son instinct

Il existe une représentation des différentes fonctions de notre cerveau, certes schématique et conventionnelle, qui voudrait que :

  • l’hémisphère cérébral gauche soit le siège de la loi, des règles des conventions, de la parole, du calcul, de la pensée abstraite (positive aussi bien qu’anxiogène, voire des peurs irrationnelles), du projet, de l’interdit, etc.
  • alors que l’hémisphère cérébral droit serait celui de l’instinct, de l’intuition, de l’émotion, de la créativité, de l’aptitude à jouir de l’instant présent et de la recherche de l’hédonisme (sans conscience ni peur de la transgression le cas échéant).

Or, force est de constater que dans nos sociétés modernes, les règles, les lois, les injonctions sociales (décidées par les autres) prennent souvent le pas, dans l’inconscient collectif comme dans les consciences individuelles sur ce que l’instinct individuel ressent comme bon ou mauvais pour soi.

Ainsi, la zone de confort dans laquelle nous évoluons naturellement (sans toujours êtres conscients des jalons qui la limitent) relève davantage de notre cerveau gauche, pour ce qui concerne la référence à une norme, à des règles, à des tabous, à une injonction de performance ou de respect d’un cadre, tandis que notre cerveau droit serait certes capable de pressentir aisément d’instinct ce qui nous est favorable, au plan émotionnel ou sensoriel… mais encore faut-il que le cerveau gauche lâche prise et permette au cerveau droit d’accéder à une perception objective des sensations.

Ainsi, chez le sujet dont le cerveau droit est très (voire trop) développé par rapport au gauche, que nous appellerons HyperSinistroCéphale (HSC cf. A quoi reconnaître un sujet « HyperSinistroCéphale » ?), le poids des conventions, des interdits, des règles et des tabous est lourd, parfois étouffant. Toute spontanéité, toute émotion positive, tout plaisir sensuel, toute jouissance de l’instant, voire même toute possibilité d’exercer son libre-arbitre est ainsi parfois inhibé. La recherche d’une émotion, d’un frisson, voire d’un sentiment de mise en danger, à travers de mini-transgressions, peut alors parfois constituer un moyen de repositionner les règles et limites acceptables  (et librement acceptées) et de rééquilibrer les deux hémisphères cérébraux.

Le sujet HSC a peu confiance en son instinct. Il se méfie ainsi de lui-même, même si ce manque de confiance n’engendre pas toujours une timidité apparente, certains sujet HSC arborant une attitude arrogante, voire agressive, pour masquer leur mal être et leur souffrance. Cette dernière catégorie de HSC est rarement l’objet de prise en charge thérapeutique, car, pour se soigner, encore faut-il se reconnaître en souffrance. Il en va donc des HSC, comme des sujets alcooliques et des dépressifs. Il faut souvent l’intervention d’une tierce personne (médecin traitant, famille, amis) pour convaincre un sujet HSC d’engager une démarche.

La démarche du praticien peut, par exemple, ainsi, constituer à inviter le sujet à décrire et définir l’ensemble des tabous et des règles du système auquel il adhère (ou qu’il s’est formé). Le praticien l’invitera alors à envisager, pour chacune des règles, ce qui pourrait arriver s’il la transgressait. Or ces règles peuvent se définir en deux grandes catégories:

  • les règles majeures, censées protéger la vie, l’intégrité physique et morale des individus, les libertés fondamentales de chacun etc., nécessaires à la vie en société ;
  • et celles – souvent moins essentielles – dont les différentes sociétés ou communautés se sont enrichies au fil des siècles (rituels sociaux, règles de politesse), sans compter les habitudes et rituels, individuels ou familiaux (rites alimentaire, préséances familiales, posture politique).

S’agissant des secondes, il suffira – le plus souvent – que le sujet fasse lui-même la découverte qu’il ne se passerait rien de vital s’il opérait telle ou telle mini transgression, pour qu’il se sente un peu libéré. Seule l’évocation de cette improbable transgression suffira parfois, sans avoir même à s’y livrer pour de bon pour que le sujet comprenne le caractère contingent  de la règle.

Que se passerait-il si je marchais, tout habillé(e), dans un bassin public ?  Que se passerait-il si je cédais aux avances sexuelles d’une personne du même sexe que moi ou bien si je participais à une soirée libertine ?  Que m’arriverait-il si je cédais aux avances d’une personne d’un milieu ou d’un âge différent du mien ?  Que se passerait-il d’irréversible si j’arrivais un jour au bureau en pyjama ?  Que deviendrais-je si je fumais un joint ? Que m’arriverait-il si je tutoyais mon médecin, un gendarme ou mon patron ?  Que se passerait-il se je mangeais, avec mes doigts dans un restaurant huppé, ou si je lapais mon repas ?  etc.

Pour ce type de questions, bousculant (plus ou moins) ses valeurs, ses croyances, ses peurs ou ses phobies, comme pour d’éventuelles situations encore plus dérangeantes   – et pour bien d’autres autres, encore, qui pourraient spontanément lui venir à l’esprit (sans la moindre influence du thérapeute) – le sujet HSC devra s’interroger sur les conséquences véritables de la transgression imaginée. Dans de nombreux cas, il mesurera que les conséquences réelles de nombre de transgressions supposées sont seulement dans sa tête, dans son imaginaire, dans sa représentation du monde. Alors que certaines autres apparaîtront nettement plus dangereuses  (pour lui ou pour autrui), voire quasi-insoutenables. Ainsi, le respect de l’ordre social, le respect de la vie humaine, de l’intégrité et de la liberté d’autrui se dégageront parmi les piliers fondamentaux d’une code éthique personnel redécouvert et constitueront le socle d’une identité et d’une personnalité apaisée. Le sujet saura alors mieux vivre les contradictions (souvent douloureuses ), entre les désirs et pulsions de son être animal et les règles et obligations imposées par la vie en société. Il saura ainsi mieux dominer son conflit intérieur entre la recherche du bonheur futur (projet de vie) et la plénitude au quotidien.

 

Recréer son système de valeurs

Les vieux blocages et tabous ont la vie dure et le sujet HSC ne lâchera pas vite la rampe (la béquille ou la canne blanche) des règles, des rituels, des certitudes et idées prémâchées qui ont structuré sa personnalité depuis des lustres. La démarche du lâcher prise, avec un tel sujet peut donc être longue.

L’ambition de la thérapie, n’est cependant pas de faire perdre sa personnalité, ses repères, son système de valeurs et/ou sa rigueur morale, au sujet, mais au contraire de l’aider à découvrir son propre système, à partir de ce qu’il croit et veut vraiment, contre ce qu’il s’est, jusque là, imposé, par manque d’esprit critique et ou à cause de pressions morales excessives.

Certains sujets, mal à l’aise dans leurs propres contradictions et/ou face à une morale  ou un ordre social  perçu comme arbitraire , sont tétanisés à l’idée de transgression, mais, une partie d’eux-mêmes désirant ces transgressions, sans leur en donner le courage, ils se tournent parfois vers des actes d’allégeance  ou de soumission, à l’égard d’individus peu recommandables, perçus comme hors la loi  ou  transgressifs, qu’ils prennent alors comme leader naturel ou maître à penser  (cf. Jeux de rôles : Que faut-il entendre par domination et soumission ?). L’intérêt de la transgression encadrée, dans le cadre d’une thérapie appropriée, est précisément de prévenir ce genre de dérive.

L’ambition de la thérapie est aussi de stimuler le rééquilibrage cerveau gauche/cerveau droit, à travers le développement de l’hémisphère cérébral droit, jusque là oublié et/ou négligé, à travers des séances de créativité artistique, des jeux de rôle faisant appel à ses capacités d’expression émotionnelle, à travers par exemple, le chant, la danse, les massages (cf. Le « lâcher prise », toucher et massage) etc.

Cette recherche de redécouverte des modes de fonctionnement instinctifs (instinctothérapie) pourra aussi passer par une réflexion sur les attitudes, réactions, sensations du nourrisson (non-encore exposé aux règles et tabous) ou de l’animal, voire par une mise en œuvre d’un mime de ces postures et actions infantiles ou animales instinctives d’une absolue innocence,  dans le cadre d’une régression thérapeutique.

M

Philippe Lamy

Médiateur diplômé, de l’Institut de Psychologie de l’Université Lyon II

FTSP Thérapie Sexuelle Positive (Dr. Iv Psalti)  / Accréditation Ordre des Psychologues du Québec (R401425-15 et RA01424-15) et SPF Santé Publique Belgique (SR-NR : 2-42932116)

M


[1] L’animal ne connait en effet que l’instinct qui le pousse à jouir de l’instant présent, forniquer et tuer (pour les prédateurs), sans autre loi que celle du plus fort et de la nécessité, sans aucune référence au bien ni au mal. Si l’on prenait pour référence les règles érigées par (et pour) les humains, on considérerait qu’il vit et agit dans une permanente transgression. Le monde animal est pourtant celui de l’innocence absolue et de l’harmonie avec l’environnement (n’était l’agression et le chaos que l’homme impose à la nature).

[2] Notre cerveau est infiniment complexe et toutes ses zones sont interactives. Il existe cependant une représentation (en vogue au cours de la seconde moitié du XXème siècle) – certes schématique et symbolique – qui isole deux grandes zones “spécialisées”, aux fonctions différentes et complémentaires :

  • L’hémisphère cérébral gauche (appelé aussi cerveau gauche), qui est notamment celui de la réflexion, de la raison, du langage, de l’éducation, de l’écriture, des règles sociales, de la culture, du calcul, des interdits, des tabous… Il est aussi celui du projet (et des projections négatives ou positives).
  • L’hémisphère cérébral droit (appelé aussi cerveau droit), qui est surtout celui de notre nature animale, celui de l’émotion, de l’intuition, de toucher, de la sensualité, de la créativité, de la spontanéité, de l’improvisation, de la prise de risque, du jeu… Il est aussi celui du culte de l’immédiateté (carpe diem), du présent.


Trop intelligent pour être heureux, l’adulte surdoué ?

Des êtres à part

« Surdoués », « précoces » et aujourd’hui « philocognitifs » sont les termes qui qualifient  ou identifient  les enfants ou les adultes, affublés de ce fonctionnement cérébral particulier  qui en fait surtout des êtres isolés, différents, à part, et pas toujours heureux.

Le quotient intellectuel  (ou QI) est mesuré au moyen de tests d’aptitude, dans les différents domaines de l’intelligence. Ils
regroupent des tests verbaux, écrits et visuels. Ces tests ne sauraient cependant parfaitement rendre compte d’une notion aussi complexe que celle de l’intelligence, dans ses aspects cognitifs et émotionnels. Les tests de QI ne donnent en effet qu’une vision réductrice de celle-ci. Ils éclairent cependant de manière précieuse les capacités de succès scolaire et social, ainsi que les faiblesses des sujets philocognitifs, et les erreurs et écueils à éviter (pour les proches de ces sujets et pour ces surdoués eux-mêmes).

Dans son ouvrage « Trop intelligent pour être heureux ? L’adulte surdoué » (paru il y a une dizaine d’années chez Odile Jacob), Jeanne Siaud-Facchin (psychologue praticienne) s’attachait à montrer combien cette chance que peut représenter un cerveau hors normes peut – en réalité – devenir un handicap, voire un calvaire pour certains sujets, s’ils sont mal identifiés, mal informés, mal compris et privés d’une nécessaire aide adaptée.

Jeanne Siaud-Facchin préférait alors qualifier de « zèbres », ces personnalités à part. Mais ce terme galvaudé est aujourd’hui progressivement remplacé par « HP » (pour « à haut potentiel« ) et surtout, grâce aux récents travaux de Fanny Nusbaum (docteur en Psychologie et Chercheur Associé en Psychologie et Neurosciences, 
Laboratoire P2S (EA 4129), Université Claude Bernard Lyon 1), par le terme « philocognitifs« . Fanny Nusbaum, Olivier Revol et Dominique Sappey-Marinier (chercheur en neurosciences à l’Université Lyon I) scindent les philocognitifs en en deux populations : les philocognitifs laminaires et les philocognitifs complexes / cf. « Les Philocognitifs » chez Odile Jacob, sortie prévue janvier 2019. Pour tout connaître de la philocognition, il nous faudra ainsi encore attendre quelques semaines.

Pour résumer cette notion de philocognition ou de sensibilité philocognitive, Fanny Nusbaum considère que la personne philocognitive est celle qui est en recherche de sens et de réponses et qui ainsi, en toute situation, fait fonctionner son cerveau à grande allure et en arborescence face à toute sollicitation, situation, en faisant interagir les zones de la raison, du calcul, du projet…  avec celles des sentiments, de la créativité, de la sensibilité de l’intuition etc. Le sujet philocognitif est ainsi « l’ami » (φίλος / philos) de l’intelligence ou de la cognition.

Qu’est-ce véritablement qu’un surdoué et comment ces philocognitifs peuvent-ils gâcher cette chance exceptionnelle ?

 

Une pensée intuitive et incrédule

Pour illustrer notre propos, je reprendrai une représentation imagée, schématique (et de ce fait parfois critiquée), celle d’un cerveau partagé en deux hémisphères dédiés aux tâches suivantes :

Hémisphère cérébral gauche (ou cerveau gauche) Hémisphère cérébral droit (ou cerveau droit)
 Cognition  Émotion
Capacité analytique qui permet d’organiser et de structurer la pensée Traitement global et en images,
Compétences logiques et rationnelles Capacité de traitement simultané d’un grand nombre de données
Raisonnement argumenté Fonctionnement analogique (par association d’idées)
Fonctions du langage Intelligence intuitive
 – Lois, règles, interdits… Créativité et pensée divergente (qui sort de la pensée commune
Forte implication émotionnelle

Nota : Concernant le partage du cerveau en deux grandes zones, voir aussi : ACCUEIL.

Alors que chez le commun des mortels, l’information est gérée à partir d’un point de départ donné et par enchaînement logique, pour parvenir à un résultat justifiable, le sujet philocognitif parvient, certes, le plus souvent – et en un temps exceptionnellement court – à un résultat intuitif, généralement pertinent… mais il est souvent incapable de le justifier, de l’expliquer. Sa pensée, au lieu de suivre un cheminement linéaire (et facilement explicable) se répand en arborescence, se divisant, se dédoublant, en un éclair, en un nombre incalculable d’hypothèses, dont une sort cependant victorieuse, parfois même avant que les autres n’aient seulement véritablement posé le problème à résoudre. Cette réponse est ainsi essentiellement intuitive et pas toujours logique. ce mode de fonctionnement est terriblement efficace et performant dans les situations courantes, mais il a parfois quelques inconvénients. En situation de stress, le surdoué peut ressentir son cerveau comme une machine à produire de la pensée  inutile qui s’emballe et ne lui laisse ni répit, ni sommeil, favorisant les crises d’angoisse, voire de panique.

Dans les circonstances importantes de sa vie, ne parvenant pas à justifier son choix, par exemple d’un(e) conjoint(e), il doutera de lui et préférera parfois, au final, ne faire aucun choix, plutôt qu’un mauvais choix, car choisir, c’est renoncer. Lui qui, de surcroît, met souvent tout en perspective à l’échelle de l’univers, se dira en outre : A quoi bon me marier ? Quel sens a la vie ? Le mariage ? A quoi ça sert ? Ma vie, à l’échelle du temps, ne représente qu’un laps infime, et moi une poussière de sable dans le cosmos. Quelle œuvre humaine a la moindre importance, alors que le soleil va tout brûler dans quelques  générations ? Et le non-choix d’un(e) conjoint(e) qui en découlera sera à son tour une manière de choix subi qui l’angoissera de plus belle.

Mais c’est déjà tout petit, dès son arrivée à l’école, que commencent les difficultés pour l’enfant précoce. Lorsqu’il répond tout de suite et tout juste (alors qu’il a à peine fait mine d’écouter) il y est en effet souvent considéré comme un fumiste et il agace (sa maîtresse et les autres enfants). Plus tard, il pourra même être pris pour un copieur, notamment en mathématiques. Et comme il s’ennuie, de surcroît – à cause d’un contenu pédagogique inadapté, de « camarades » de classe avec qui il n’a rien en commun et surtout à cause d’enseignants ignorant le champ émotionnel (pour se centrer sur le cognitif) – il prend souvent l’école en grippe et se mure dans un refus d’avancer, dans un isolement et dans une souffrance qui doivent être rapidement identifiés pour être pris en charge. Les pédagogues qui connaissent ces sujets (et ils sont rares) savent que paradoxalement (puisqu’ils sont doués d’une intelligence supérieure) ils fonctionnent cependant, malgré tout, essentiellement à l’affectif. Et que rien ne sert de les braquer, ni de vouloir les raisonner et avoir le dernier mot. La seule méthode est de tenter de réveiller leur intérêt endormi, de leur accorder de l’attention, de leur témoigner de la bienveillance, de les reconnaître, voire de les montrer en exemple. Mais les maîtres ont du mal à distinguer le cancre basique (et sans potentiel particulier), du cancre surdoué, au potentiel insoupçonné qui ne demanderait qu’à exploser. Certains sujets entrent parfois dans une véritable phobie scolaire qui les mène jusqu’à une déscolarisation, voire à des hospitalisations répétées. Cette pathologie est aussi nommée RSA (Refus Scolaire Anxieux). Voir aussi Échec scolaire, échec social… et possible médiation, entre l’élève et le « moule » de l’école…

Le dessin ci-dessus (réalisé quand j’avais 13 ans) illustre à la fois ma propre phobie scolaire et le faux-self (ou la carapace) dont j’ai cru devoir m’affubler pour me camoufler, tenter de « passer entre les gouttes » ou me protéger.

Heureusement, d’autres sujet HP – surtout ceux qui ont été identifiés et soutenus tôt – traversent le monde scolaire sans incident ou y font même un parcours brillant et remarqué.

L’hypothèse d’un cerveau droit dominant  complique, enfin, de nombreuses tâches. Les apprentissages scolaires, bien sûr, mais aussi les situations intellectuelles on non qui demandent à être rigoureusement organisées et ordonnées.

Les surdoués, grands et petits, ont pour quête inépuisable de comprendre le sens de choses, le sens de la vie. Ils ont du mal à accorder de l’intérêt à un sujet de manière superficielle ; ils veulent tout en comprendre et tout démonter, voire démontrer. Ils ont aussi une grande difficulté à croire ce qui n’est pas démontré, à croire au Père Noël ou à croire en Dieu, par exemple. Ils en souffrent souvent jusqu’à l’âge où ils renonceront à penser qu’on peut croire par le seul fait que les autres ont l’air convaincus. Ils seront ainsi souvent libérés lorsqu’ils s’autoriseront à penser (voire à avouer) qu’ils sont agnostiques, par exemple. Une étude montre que les surdoués représentent une proportion de non-croyants bien supérieure à la moyenne.

Un surdoué, c’est aussi –  et surtout – quelqu’un qui se caractérise par une interaction à grande vitesse – et permanente – entre ses deux hémisphères cérébraux. Ceci suppose bien sûr des connexions ultra rapides, entre les différents secteurs concernés, mais surtout une hypertrophie  (pourrait-on dire, de manière imagée) de l’hémisphère cérébral droit. Le surdoué est donc un être hypersensible, émotif et sentimentalement fragile… Et ce, quelque soit son âge.

Une empathie incontrôlable

Cette disposition le rend particulièrement interactif avec son environnement (c’est un champion de l’empathie). Ses sens sont d’une grande acuité. Il perçoit ainsi un spectre d’informations très large, à travers ses cinq sens (et parfois un sixième) : expressions involontaires de ses interlocuteurs, messages chimiques, par exemple, notamment sur l’humeur des gens, leurs intentions etc. Le surdoué peut, à la rigueur, se déplacer dans le noir complet, pour peu qu’il ait eu l’occasion de visualiser les lieux auparavant (il aura, en effet, à cette occasion, enregistré à son insu, les informations nécessaires à son repérage dans l’espace). Le surdoué peut aussi entendre plusieurs conversations à la fois (sans pour autant en écouter vraiment aucune). Il s’interrompt ainsi parfois dans une conversation pour apporter une précision, en intervenant dans un autre échange, à l’opposé de la place qu’il occupe à un dîner, par exemple, alors que personne n’aurait pu imaginer que son ouïe pût même en percevoir le murmure, couvert par d’autres conversations (et par des bruits parasites, tels que bruits de vaisselle, musique, rires etc.), ni surtout que son cerveau pût en suivre le fil (voire même le fil discontinu de bribes improbables, de multiples échanges, dans la même pièce).

L’inconvénient de cette empathie incontrôlable, c’est que le surdoué est une véritable éponge  à émotions. Il peut ainsi développer une propension à porter sur ses épaules tous les malheurs du monde ; ce qui favorise parfois un syndrome dépressif latent qui se nourrit bien sûr, aussi, de son isolement intellectuel (quand ce n’est pas également d’un échec social et/ou professionnel).

Une grande solitude

Insatisfait du réel, toujours en deçà de ses aspirations, il rêve d’un monde différent. Ceci exacerbe son instinct créatif dans tous les domaines. Il ne peut ainsi se défendre de tout changer, améliorer, transformer, par la pensée ; cette disposition le prive parfois de jouir de l’instant présent. Le surdoué a du mal à être tout entier dans ce qu’il fait, dans ce qu’il vit. Par exemple, si le surdoué partage un bon moment, au restaurant par exemple, avec famille ou amis, il ne peut s’empêcher de s’éloigner de l’instant présent, pour imaginer en quelles circonstances, il pourrait y retourner, avec qui, à qui il va en parler, en quels termes… Ce faisant, il se culpabilise de ne pas pleinement ressentir le moment présent, de n’être pas tout à fait avec les autres. Comme s’il se voyait, en spectateur de sa propre vie, dans ce restaurant, sans en ressentir lui-même le plaisir, pourtant visiblement partagé par les autres. Sa pensée en arborescence l’éloigne alors encore un peu plus,  et sa frustration et son sentiment de culpabilité augmentent alors un peu plus.

Il est souvent dans un tel isolement intellectuel et affectif que, lorsqu’il accorde son amour, il attend parfois trop de la relation. Il est ainsi prêt à tout donner, mais ne supporte pas l’indifférence, la retenue ou la mesquinerie, chez l’être aimé. C’est ainsi un amant attentif au plaisir de l’autre, comme à son bonheur. En amitié, de même qu’en amour (peut-être du fait de sa difficulté à trouver des personnalités  à sa mesure), il est d’une fidélité exceptionnelle, même si pour lui, fidélité ne signifie pas toujours exclusivité. Épris d’absolu, il est sincère et droit. Ce qui contraste avec les stratégies de manipulation que lui prête parfois son entourage (le premier cercle, comme les cercles relationnels ou professionnels plus éloignés), faute de comprendre son fonctionnement de pensée véritable.

Les surdoués ont, en outre, un sens aigu de la famille et de l’engagement. A l’extrême, certains adultes surdoués, alors même qu’ils seraient bafoués par un conjoint irrespectueux et/ou borné, mais qu’ils sentiraient – au fond – fragile, seraient capables de se culpabiliser de n’avoir pas su instaurer une relation de qualité. Par abnégation, ils seraient ainsi prêts se convaincre de leur propre faute et à gober toutes les couleuvres, pour sauver leur couple, et ne perturber ni les enfants ni le cours des choses, redoublant alors de patience et de gentillesse. Et, plutôt que de rompre une relation qui les ferait souffrir, ils seraient capables (sans doute également par souci de la parole donnée) de tenter – inlassablement – de restaurer une relation de confiance et d’amour, souvent en pure perte… L’autre, pour borné qu’il soit, ayant compris que, quoi qu’il fasse, on ne l’abandonnerait pas.

Le second degré : son mode de communication

L’humour est le mode relationnel du surdoué. Il aborde les autres parfois même dans des situations graves et/ou importantes, avec un second degré  bien particulier. Le surdoué adolescent  est le champion de ces pirouettes verbales et de ces jeux de mots qui prétendent ne saisir que la forme du discours, pour s’épargner d’avoir à considérer le fond des choses. Ses traits d’esprit sont d’ailleurs souvent fulgurants. Cette disposition naturelle du surdoué à créer une distanciation de confort, avec les autres (pour se mettre à l’abri, ne pas trop se montrer, ne pas trop s’impliquer, ne pas trop se mettre en danger) s’atténue, au fil des années, lorsqu’il prend de l’assurance et comprend, de surcroît, que sa vision décalée agace ou irrite parfois.

Le surdoué n’est donc pas toujours le brillant sujet qui récolte les lauriers, mais souvent le zèbre  déphasé qui souffre de ne pas comprendre ceux qui l’entourent, de ne pouvoir être compris, lui-même (ni reconnu), de ne savoir s’intégrer. Cette souffrance est même souvent complétée d’un (plus ou moins grave) échec professionnel et/ou sentimental.

D’immenses ressources

Les surdoués ont cependant des ressources insoupçonnée, leur permettant de développer des stratégies d’adaptation, de compensation, leur assurant parfois une improbable insertion sociale (voire réussite), dans des domaines étrangers à leur véritable compétences. On pourra ainsi s’étonner, dans certains cas, de les voir tourner le dos aux carrières artistiques ou à la création. Mais ce paradoxe n’est qu’apparent : Souffrant de leur différence abyssale avec leur entourage, et de la solitude qui en est le prix, ils recherchent souvent désespérément à protester de leur sérieux, de leur intégration, de leur conformisme même, en se fondant  littéralement au moule de carrières conventionnelles, comme celles du droit, des sciences ou des chiffres. Ils se résignent alors à devoir simuler la normalité. Sur le tard, leurs dons peuvent ainsi s’endormir, laissant la place à une certaine paresse (y compris intellectuelle). De temps à autre, on voit également, sur le tard, des surdoués qui s’étaient fourvoyés dans des professions purement alimentaires  ou trop conventionnelles, se tourner vers l’art, l’humanitaire, la psychologie…

Les adultes surdoués partagent une caractéristique étonnante : une part infantile encore très présente au plus profond d’eux même, tout au long de leur vie (aussi longue soit-elle). Cette part infantile est ce qui leur reste de la magie de l’enfance : le rêve, la créativité, la capacité à s’émerveiller de tout, à se laisser submerger par une joie profonde et subite, et surtout la certitude que tout est toujours possible, que demain est un autre jour où l’inespéré peut être attendu. Cette disposition contribue bien sûr à leur grande créativité et à leur capacité à la prise de risque. L’envers du décor, c’est que, comme un enfant, ils prennent de plein fouet une déception, une contrariété. Leur résilience est cependant immense, et sitôt terrassés par un cuisant échec, ils se relèvent. Oublieux de ses douloureuses conséquences négatives, ils ne tirent que le meilleur de l’expérience, pour repartir sur de nouveaux projets, souvent tous aussi fous et risqués, avec une confiance en eux intacte, voire un véritable sentiment de toute puissance. Cet état second conduit parfois certains psys, peu habitué au tempérament particulier des surdoués, à les confondre avec des sujets maniaco-dépressifs  (ou bipolaires).

L’intelligence du surdoué lui permet l’autocritique. Les sujets surdoués ont ainsi la capacité d’agir et se voir agir, en simultané. Leur intelligence décortique, en permanence les situations et, en cas d’échec, ils savent tirer les enseignements positifs de leur échec, là où les sujets ordinaires, manquant de recul, renonceraient, pour toujours, à toute entreprise.

Quel bonheur possible ?

Enfin, avec tout cela, le surdoué peut-il parvenir au bonheur ? Difficile à dire… C’est peut-être une question à laquelle même un autre zèbre  ne peut pas répondre… Trop de facteurs, trop de réponses possibles, trop de questions soulevées par ces possibles réponses…
Peut-être le zèbre  ne doit-il pas avoir une trop grande ambition de bonheur, car celui-ci atteindra rarement la mesure de son infinie soif d’absolu et de réussite. Il est en effet constant que le surdoué porte, sur lui-même, un regard sans concessions et que sa propre réussite lui paraisse ridicule, au regard de ses ambitions. Il est un perpétuel insatisfait, mais c’est à lui qu’il réserve ses critiques les plus vives. Et dans les situations de conflits familiaux, il se remet beaucoup trop facilement en cause, se croyant souvent le principal (voire le seul) responsable du désaccord.
Pour trouver le bonheur, une piste, cependant, doit être privilégiée : Ne pas chercher seul ce bonheur. Prendre la main (enfin… le sabot), d’un autre zèbre  et chercher ensemble. Mais la difficulté, dans nos régions, c’est que les zèbres sont rares… Or, de surcroît – peut-être, par crainte des prédateurs – ils se cachent souvent sous la peau d’un cheval, quand ce n’est pas d’un âne, pour se fondre dans la masse. Résultat : on ne les voit pas.
Le zèbre  devra donc chercher les autres zèbres, à tâtons (à l’odeur, peut-être).

Or, si sa quête de l’autre  est ainsi à la base parsemée d’embûches, pour l’adulte surdoué, sa véritable double peine, c’est que la solitude lui est plus intolérable encore qu’à tout autre. Lui qui, par essence, est tout entier tourné vers l’interaction, il se consume et s’étiole dans sa solitude intellectuelle et/ou affective… Et ce, parfois, même s’il est, en apparence, entouré d’amour, d’amitiés et de bonnes volontés.

Pour finir, cette disposition à un QI élevé, est avant tout génétique et héréditaire. De même que le caractère génétique « yeux bleus », elle peut cependant sauter une génération et/ou ne pas toucher l’ensemble des membres d’une même fratrie ou pas de la même manière. Il n’existe en effet pas qu’un seul archétype du surdoué, et tous les types et tous les degrés peuvent être rencontrés. Les sujets surdoués masculins  et féminins  ne tirent pas, d’ailleurs, le même bénéfice de cet héritage génétique. Ceci introduit encore une plus grande diversité dans la population des surdoués.

Ces quelques lignes ne sauraient dispenser de la lecture de l’ouvrage de Jeanne Siaud-Facchin : « Trop intelligent pour être heureux ? L’adulte surdoué » (chez Odile Jacob). Ce sera une aide précieuse, pour les parents ou conjoints de surdoués qui aspirent à mieux les comprendre, mieux s’en faire comprendre et les aider. Ce sera aussi une bouffée d’oxygène pour les surdoués eux-mêmes, surtout pour ceux qui s’ignoraient jusque là et vivaient leur étrangeté  et leur exclusion avec un sentiment de culpabilité, de solitude et d’injustice. Ils y trouverons un éclairage inespéré sur leur situation, leur permettant, eux aussi, de se comprendre eux-mêmes, de mieux comprendre les autres, de s’en faire comprendre et reconnaître, et, au final, de retrouver une meilleure estime d’eux-mêmes.

Mais si leur quête, d’en apprendre davantage sur ce sujet sensible qui les touche personnellement ou a travers leurs proches est intacte, ils pourront avec bonheur découvrir également les ouvrages de Monique de Kermadec qui éclaire le sujet d’un autre angle, celui du faux-self par exemple, ou suivre les travaux du Dr. Olivier Revol de l’hôpital neurologique à Lyon, des associations AFEP, Psyrène (qui propose des tests et des accompagnements aux sujets HP et par exemple les subdivise en sous-catégories, comme les HP complexes ou laminaires) ou encore de l’association NoMad (qui propose une pédagogie alternative et un soutien scolaire au sein des établissements scolaires, pour promouvoir la stimulation des talents, plutôt que la sanction des insuffisances ou des échecs et ainsi lutter contre l’exclusion sociale au sein des quartier difficiles).

m

Philippe Lamy

Médiateur diplômé, de l’Institut de Psychologie de l’Université Lyon II

FTSP Thérapie Sexuelle Positive (Dr. Iv Psalti)  / Accréditation Ordre des Psychologues du Québec (R401425-15 et RA01424-15) et SPF Santé Publique Belgique (SR-NR : 2-42932116)

Sensualité et sexualité

S’agissant du massage (parfois sensuel, il est vrai), les esprits trop bien pensants (ou pudibonds) feront volontiers l’amalgame entre sensualité et sexualité. Mais le massage, même intime et parfois sensuel, n’a rien à voir avec un acte sexuel. / cf. Le « lâcher prise, » toucher et massage.

Une sensualité sans sexualité

La sexualité a essentiellement cette fonction première du développement de notre espèce, qui permet la reproduction. La sensualité, quant à elle, y concourt bien sûr, souvent, chez les être évolués. Mais cette fonction de sensualité est bien sûr absente du processus de reproduction des animaux (qui, de la même manière, ignorent les concepts d’art, de beau, de bien, de mal, de sublimation des émotions, de romantisme ou même de préliminaires amoureux, par exemple).

Ainsi, la sexualité est presque toujours associée, chez l’homme, à la sensualité. Or l’inverse n’est pas exact. Nombre de situations, nombre de conditions particulières éveillent notre sensualité, sans aucune projection, ni connotation sexuelle.

Sur la plage, par exemple, la caresse du soleil d’été et du vent sur notre peau, le bercement des vagues, sur notre corps, sont autant de sollicitations de nos sens aiguisés, sont autant de précieuses expériences sensorielles ou sensuelles … qui n’ont bien sûr rien de sexuel !

Plus quotidiennement, la douche stimulante du matin, l’odeur du premier café, les premières gorgées d’une boisson recherchée sont autant de stimulations sensuelles, sans la moindre connotation sexuelle.

Cette distinction entre une sensualité innocente et l’acte sexuel qui a pour fonction première la reproduction de l’espèce et pour corollaire l’injonction sociale et/ou religieuse de défense de la famille patriarcale monogame est importante, car elle explique la sacralisation ou la sanctuarisation de la sexualité. Voir aussi :

Sexe et sacré

Le massage : une sensualité codifiée

Le massage est ainsi une illustration typique, de la différence entre expérience sensorielle (ou sensuelle) et expérience sexuelle.

Autant l’acte sexuel suppose une rencontre privilégiée, entre deux êtres uniques et se situe, si possible, dans un projet amoureux qui dépasse les quelques minutes de son accomplissement, autant le massage professionnel se doit-il d’être tout à fait impersonnel et n’a pour horizon que le hic et nunc.

La personne qui vous masse est là pour soulager votre corps et lui apporter bien-être et plénitude au-delà, si possible, de la durée de la prestation tarifée prévue, mais il s’agit d’un instant « entre parenthèses », d’une durée prévue qui n’engagent aucunement les participants au-delà de cette durée.

Cette prestation professionnelle et codifiée est, certes, sensuelle, mais elle n’est pas censée créer de lien dans la durée… ou tout au moins, pas plus que vous n’en développez avec votre dentiste, ou votre coiffeur qui, tous deux, s’occupent pourtant bien de vous.

C’est aussi une prestation dont le cadre doit être clarifié, pour les deux parties, avant son déroulement. Il peut s’agir d’un massage thérapeutique localisé ou relaxant et parfaitement chaste ou d’un massage plus approfondi, et la demande du massé, de même que la proposition thérapeutique du praticien, doivent être parfaitement clairs. Il n’est cependant pas nécessaire de formaliser un contrat écrit.

Quoiqu’il en soit, le respect des deux protagonistes, vis-à-vis de ce cadre – précisément défini et contradictoirement accepté – comme le respect de chaque personne, à l’égard de l’autre personne, sont le fondement d’une relation professionnelle harmonieuse et parfois durable.

Séance après séance, cette compréhension et ce respect mutuels favorisent une parfaite mise en confiance et une décontraction du sujet massé, indispensables à un véritable lâcher prise de son cerveau gauche. Puis, au fil des séances, les craintes irraisonnées du sujet massé s’estompant, il peut accéder à la conscience de l’existence de ses chakras, et enfin à leur ouverture. Pour autant, la relation masseur/massé ne doit revêtir aucun caractère personnel excessif.

Ce caractère non-personnel de la relation de massage, permet, par exemple de se faire indifféremment masser, par un praticien du même sexe, ou du sexe opposé, sans gêne particulière, sans que les orientations sexuelles, de l’un et/ou l’autre, soient en cause et sans que la pudeur soit offensée.

Séance après séance, cette compréhension et ce respect mutuels favorisent une découverte mutuelle indispensable à l’atteinte de résultats tangibles. Mais, s’agissant de massages professionnels, il ne doit pas pour autant se développer une familiarité excessive, pas davantage qu’avec votre coiffeur ou votre dentiste.

m

Philippe Lamy

Médiateur diplômé, de l’Institut de Psychologie de l’Université Lyon II.

Formé en sexothérapie par le docteur Iv Psalti
FTSP Thérapie Sexuelle Positive (Dr. Iv Psalti)  / Accréditation Ordre des Psychologues du Québec (R401425-15 et RA01424-15) et SPF Santé Publique Belgique (SR-NR : 2-42932116

m

Réussir, s’accomplir. Et trouver son « rôle », dans la société des hommes

La vie en société est une vaste pièce de théâtre, dans laquelle ceux qui jouent les rôles les plus incontournables – et/ou les plus importants – sont réputés avoir accompli leur destin, avoir « réussi » et jouissent également du plus grand prestige, de la plus grande reconnaissance.

Jouer un rôle important, c’est occuper une position centrale dans les échanges entre un grand nombre d’individus, être en position de « tirer les ficelles  » et exercer le pouvoir véritable. Ces rôles d’influence, ces rôles de premier plan  peuvent être obtenus dans les sphères sociales, sportives, professionnelles, religieuses, humanitaires, politiques etc. Ces rôles de premier plan   sont souvent associés à une grande réussite matérielle. Cependant l’ambition des hommes (et femmes) d’influence qui « rayonnent », sur les êtres et sur les consciences, n’est pas toujours économique. L’Abbé Pierre, par exemple, en est une illustration.

Aux antipodes de ces hommes de pouvoir et/ou leaders charismatiques, le chômeur qui passe ses journées devant la télévision, dans l’attente d’une embauche, ou bien le SDF – que tout le monde voit, mais dont chacun évite le regard – partagent généralement un douloureux sentiment d’exclusion, d’impuissance et d’inutilité. Et, de ce fait, bien sûr, une piètre estime de lui-même.

Jouer son rôle

La règle du genre, c’est malheureusement que, pour parvenir à l’estime de soi, il faut déjà avoir gagné l’estime des autres, et avoir le sentiment d’être important, pour eux. Or, le drame, c’est que lorsqu’on est exclu, lorsqu’on est en mal d’estime de soi, il est difficile de sourire et surtout difficile d’inspirer la sympathie et la considération d’autrui. En outre – et de semblable manière – pour convaincre autrui qu’on est digne de confiance et d’estime, il faut déjà s’aimer soi-même. Car on ne peut être convaincant, si l’on n’est pas, soi-même, convaincu de sa propre valeur.

Il faut ainsi parfois feindre, prendre sur soi, pour sourire et pour plaire, afin de tisser ses premières alliances, avant de décrocher ses premiers rôles sur la scène humaine (sociale, sentimentle et professionnelle). La vie est en effet une comédie, dans laquelle, ceux qui tiennent les premiers rôles, dans les échanges et les interactions humaines, sont de surcroît les plus reconnus, recherchés et appréciés. Ce sont aussi ceux qui tirent les ficelles  et qui font et défont les carrières des autres. Mais que faire alors, pour entrer dans la pièce et jouer son premier rôle ?

Et que faire ensuite, pour décrocher un rôle plus important et flatteur, pour jouir d’une véritable influence, dans la groupe social, dont on brigue la reconnaissance et/ou pour atteindre l’aisance matérielle – qui dans l’esprit de certains – est le baromètre de la réussite ?

Pour ce faire, il faut comprendre – avant tout – que ces rôles que nous finirons par décrocher (ou non), ce seront les autres qui auront bien voulu nous les accorder.

Que faire alors pour séduire les autres et les convaincre de nous accorder leur confiance et la place que nous briguons ?

Comment séduire les autres ?

 Pour y parvenir, il faut notamment comprendre trois mécanismes :

  • Il faut d’abord se connaître soi-même. Et s’interroger sur nos ambitions les plus chères, nos objectifs les plus incontournables, nos rêves les plus doux… Puis, puisqu’on n’a rien sans rien, s’interroger sur ce qu’on a véritablement à offrir, en échange des soutiens attendus, pour y parvenir, sur les talents personnels qu’on saura mettre en œuvre. Prétend-on s’offrir une chose qui nous fait vraiment envie, sans envisager quel sacrifice  sera la contrepartie de son acquisition ?  Envisage-t-on un investissement important, sans faire l’inventaire de toutes les ressources  mobilisables ? Il faut aussi envisager les compromis et/ou les concessions (parfois douloureuses ) que l’on pourra (ou non ) être à même d’accepter, en échange d’appui, de soutien, d’avantages attendus des autres. Car, dans la vie, c’est « donnant-donnant ». Va-t-on, en effet, au supermarché, sans son porte-monnaie ? Pour prétendre récolter, un jour, il faut bien sûr semer. Et semer « généreusement ». La générosité est d’ailleurs un point clef, car il ne faut jamais avoir peur de trop donner, de faire trop confiance. La confiance coûte globalement moins cher que la méfiance, et la peur paralyse. En effet, seules les personnes qui acceptent la prise de risques, bousculent leurs limites, ne ménagent pas leur peine et savent parfois donner un peu plus qu’elles ne reçoivent, avancent à grands pas. Ces personnes savent se relever, après l’échec, en tirer tous les enseignements et en sortir plus fortes. Les blessures qui ne me tuent pas me rendent plus fort !  On ne progresse que par ses échecs. Lorsqu’on écoute les personnes qui ont réussi, on est parfois surpris d’apprendre les efforts qu’elles ont dû consentir, les échecs qui ont émaillé leurs débuts et les couleuvres qu’elles ont dû avaler, avant de connaître la réussite. Une de mes étudiantes, dans un séminaire que j’animais à l’Université il y a quelques années, me confia : « Je comprends bien qu’on n’a rien sans rien. Mais mon éducation, mon intégrité sont un véritable carcan, et je sens que je suis condamnée à la médiocrité, faute de pouvoir prendre des risques à la mesure de mes rêves et de mes ambitions… ». C’est, je pense, le problème d’un grand nombre d’entre nous qui sommes formatés par une éducation, un système de valeurs et une « intégrité » qui parfois nous handicapent, plus qu’ils ne nous protègent. C’est pourquoi nous devons apprendre à nous connaître nous-mêmes, en acceptant de tester nos limites. Nous découvrirons ainsi que nos limites peuvent toujours être repoussées, et que seul le premier pas coûte vraiment. A cet égard, un jeune médecin me confia : « Ma première dissection d’un cadavre, m’a tellement bouleversé, ému, dégoûté… que j’ai failli tout laisser tomber. Lors des suivantes, le geste professionnel a pris le pas sur mon émotion, mes peurs et mes tabous. Et la fierté d’en avoir triomphé m’a galvanisé ! »  Si nous n’y prenons garde, nous devenons de petits être mesquins, sans envergure, ni rayonnement social, et surtout sans perspectives !  Il faut ainsi s’entrainer à savoir sortir de sa zone de confort cf.  Zone de confort, transgression et liberté. Or, ceux qui ont réussi sont souvent ceux qui non-seulement n’ont une aucune difficulté à bousculer leurs limites, mais on même pris goût à cette prise de risques et/ou à la transgression. S’agissant de tester (ou renégocier) ses limites, les choses se compliquent, cependant, lorsqu’on vit en couple et que les tabous et les limites de l’un prétendent s’imposer à l’autre. Il faut alors une parfaite complicité entre les deux, pour que chacun puisse s’accomplir sous le regard tolérant et bienveillant de l’autre ou négocier, dans la plus grande transparence, les limites consensuelles acceptées… Bien souvent d’ailleurs, la réussite de l’un étant réputée bonne pour le couple, les transgressions de l’un sont élégamment ignorées par l’autre qui préfère pudiquement détourner le regard de ce qui est un mal nécessaire (et ne devra ainsi jamais être sujet de débat). Ou bien encore – à défaut d’un possible consensus au sein du couple – il faut savoir envisager ces concessions dans le secret de sa propre conscience, sans prétendre polluer l’autre, avec des compromis qui pourraient le blesser. On m’a rapporté l’histoire d’une femme d’entrepreneur méritante qui, suite à un accident vasculaire cérébral de son mari, avait exercé, pendant 6 ans, le plus vieux métier du monde, pour sauver sa famille (4 enfants) et soigner son mari. Pendant ces 6 années et bien au-delà, elle a su prendre sur elle  avec la plus grande abnégation et dans la plus grande discrétion, pour venir en aide à sa famille, jusqu’à ce qu’elle rencontre un protecteur  puissant et bienveillant, qu’elle a gardé secret, jusqu’au décès de son mari et jusqu’à son remariage de raison. Mais on n’est, heureusement, pas toujours obligé de payer de sa personne pour réussir. De nombreux talents moins compromettants  vous rendent parfois incontournable(s) et indispensable(s) aux puissants dont on veut s’attirer la protection. De fins juristes, d’excellents financiers, des interprètes ou traducteurs aussi subtils que discrets se sont installés dans la confiance de nombreux puissants, au fil de l’Histoire, et n’ont pas toujours joué que des seconds rôles. Certains même – véritables éminences grises  – se sont approchés du vrai pouvoir jusqu’à l’exercer eux-mêmes, sans que cela apparût. Mais, à défaut d’être juriste, financier ou un habile conteur (comme Schéhérazade), ce qui représente des ressources ou des talents rares, il est certain que nativement la plupart des gens possèdent des talents, en matière de sensualité, qui pourraient ouvrir de nombreuses portes, faire tomber toutes la barrières… mais ne songent même pas à tester la toute-puissance de ce levier (parfois supérieur à celle de l’argent lui-même).
  • Il faut ensuite admettre que les autres ne sont pas des pions qui se laissent déplacer où ça nous  arrange, et comprendre qu’ils n’adopteront jamais une stratégie qui n’est que  la nôtre, car ils ont leur propre vision, leurs propres projets, leur propre stratégie. Nous devons donc non seulement ne pas ignorer leur culture, leur sensibilité, leur vision, leurs projets et leur stratégie personnels, mais les comprendre et les servir, dans la mesure de nos moyens. Ceux qui savent écouter plus qu’ils ne parlent, ceux qui savent lire dans le cœur et l’esprit de l’autre, et « se mettre à la place de l’autre », détiennent un levier d’une efficacité redoutable.
  • Il faut respecter les autres, leur faire confiance et découvrir ce qui est important pour eux, dans leur référentiel de valeurs, dans leurs actions, leurs choix, la poursuite de leurs buts. Il faut, par exemple, comprendre ce qui motive :
      • la mère de famille qui sacrifie sa carrière à l’éducation de ses enfants et aux besognes les moins reconnues du ménage ;
      • le travailleur immigré qui trime 40 années sur une terre étrangère (souvent ingrate) pour nourrir sa famille, restée au pays, sans se plaindre ;
      • l’étudiant en médecine qui se brûle les yeux sur ses bouquins, pendant plus de dix ans, pour parvenir à un diplôme lointain ;
      • le politicien qui s’épuise dans des réunions tardives, ennuyeuses et trop nombreuses et serre des centaines de mains, chaque mois, dans l’espoir de décrocher ou conserver un poste prestigieux.

Ce dernier point (respecter les autres, leur faire confiance et découvrir ce qui les motive) mérite d’être développé.M

1.   Comprendre et servir les projets et la stratégie des autres : créer des alliances

On est toujours plus fort à plusieurs, et, grâce à une stratégie d’alliances et d’allégeances, on peut déplacer des montagnes. De la même manière que nous devrons savoir servir la stratégie d’autrui, nous devrons savoir montrer à autrui le profit qu’il aura à servir nos propres projets, jusqu’à une réussite commune.

Ces alliances peuvent s’opérer de manière horizontale ; c’est-à-dire sans position hiérarchique (ni contractuelle, de fait). Elles peuvent aussi s’opérer de manière verticale ; c’est-à-dire dans le cadre d’une relation d’allégeance (cf. Jeux de rôles : Que faut-il entendre par domination et soumission ?). Dans l’inconscient collectif, en effet, la relation dominant/dominé est parfois perçue comme une relation bourreau/victime.  Or, il n’en va pas toujours ainsi. Le dominé est parfois loin d’être une victime.  Le dominé est en réalité souvent un partenaire consentant  du dominant.  Le dominé poursuit en effet sa propre stratégie d’allégeance, en échange d’avantages.

Quoi qu’il en soit, les alliances sont la clef de la réussite, et il faut savoir reconnaître les potentiels alliés (ou leaders). Il faut ensuite savoir faire montre, à leur égard, de loyauté, de fidélité, et surtout d’un soutien et d’une obéissance inconditionnels, dans le cadre d’un véritable contrat moral tacite (ou non). « Cinquante nuances de Grey » (titre original : Fifty Shades of Grey) est une romance érotique, écrite par la Britannique E. L. James, qui illustre, de manière amusante, ce que peut être la formalisation écrite d’un tel accord d’allégeance ou de soumission.

Le principe est le suivant :

  • le contrat doit rester secret, sous peine d’être caduc ;
  • par son acceptation d’un tel contrat, la partie soumise apporte la preuve à la partie dominante d’une confiance aveugle et totale, à travers son engagement de se plier à ses demandes et/ou à ses caprices ;
  • en contrepartie, la partie dominante, apporte appui, protection et soutien, au la partie soumise.

En cas de contrat écrit, les engagements réciproques peuvent être cadrés et détaillés. Le contrat mentionné dans « Cinquante nuances de Grey » fait plusieurs dizaines de pages, mais les contrats les plus courts sont les plus efficaces, car ce sont ceux qui font la plus grande part à la nécessaire confiance réciproque.

Cette confiance concerne, bien sûr en particulier – et a minima – le respect de l’intégrité physique et des intérêts matériels, du (ou de la) soumis(e) par la partie dominante. Elle suppose généralement, en contrepartie, un engagement de la partie dominante, quant au soutien sans faille, apporté à la partie soumise dans ses projets. Ce soutien actif ou cette aide pouvant à certains égards ressembler, par exemple, à ce qu’un enfant est en droit d’attendre de ses parents, concernant ses projets, ses besoins matériels, etc.

Ainsi, plus la partie dominée est amenée à accepter de se soumettre à des exigences, à des sacrifices ou à des caprices importants (voire exorbitants), imposés par la partie dominante, plus elle augmente la dette morale de la partie dominante et donc les aides et soutiens qu’elle sera en droit d’espérer d’elle.

Les champs de ce genre d’accords d’alliance est vaste. Il va du simple registre des jeux sexuels, à toutes sortes d’alliances sociales (sociétés secrètes), voire mafieuses. Le caractère secret de ces alliances les rend, d’ailleurs, indétectables pour les parties non-concernées… et sont ainsi d’autant plus efficaces.

Quoiqu’il en soit, il convient de n’envisager ce genre d’alliance avec une personne dominante, que lorsqu’on la connait suffisamment, pour apprécier le risque qu’elle puisse abuser de sa position dominante, sans remplir la part du contrat qui la concerne, c’est-à-dire le soutien et l’aide que la partie dominée est en droit d’espérer.

Il est à noter que des personnes peuvent entretenir des relations de domination avec plusieurs personnes soumises (à des degrés divers) et souvent avec des liens hiérarchiques entre les personnes dominées, partageant parfois la prérogatives de domination sur des personnes placées au-dessous d’elles, dans la hiérarchie de la domination (groupes mafieux, sociétés secrètes, sectes).

Rien ne sert de s’éparpiller dans la recherche des ces alliances, car tant qu’on n’est pas en mesure de rendre des services de grand prix à un allié, la première (et la principale) des choses est qu’il se sente reconnu et ne sente pas son nouvel « allié » (ou vassal ) papillonner – à tout hasard – autour d’autres potentiels alliés (ou leaders ). Il se détournerait alors de manière définitive.

Diversifier ses alliances n’est envisageable (et souhaitable) que lorsqu’on a acquis soit même un véritable rayonnement, une influence certaine, un pouvoir  et qu’on occupe une position de leader.

Élargir son réseau devient alors un levier de rayonnement supplémentaire.

Pour les raisons évoquées ci-dessus, le développement de votre réseau, en arborescence, sera toujours compris et accepté des personnes occupant une place inférieure, dans la pyramide d’influence, dans laquelle vous vous inscrirez. Mais – pour ne pas froisser la susceptibilité des personnes situées au-dessus de vous, dans ladite pyramide – mieux vaudra éviter des alliances visibles avec d’autres personnes de niveau supérieur. Vos bienfaiteurs des premiers jours sauront souvent se montrer fidèles, en retour, en reconnaissance de votre loyauté et de votre fidélité. Mieux vaudra ainsi capitaliser sur le renforcement d’un lien ancien que d’expérimenter de nouvelles alliances hasardeuses.

Mais vous devez aussi faire preuve de discernement dans votre recherche d’alliance(s). Car si la loyauté est une qualité indispensable à développer, pour vous-même, vous devez aussi savoir la reconnaître et rechercher la qualité morale et l’élévation d’esprit, chez celui (ou celle) qui vous guidera sur le chemin de la réussite.  Le sage hindou du XIIIème siècle, Anhou, vous donne une clef pour vous permettre de reconnaître l’homme (ou femme )  de bien ou l’homme (ou femme ) de paix qui vous guidera sur votre ascension vers la réussite personnelle / cf. « Deviens ce que tu es ».

Enfin, dans la pyramide hiérarchique dans laquelle vous vous inscrirez, ceux qui sont au-dessus de vous seront flattées de votre soutien (et heureux de profiter de votre propre réseau de vassaux). Mais ils seront parfois froissés (ou jaloux) d’autres amitiés de leur niveau  ou (pire) de niveau supérieur. Et – de manière symétrique – ceux qui sont au-dessous de vous seront flattées de vos amitiés et de vos soutiens haut-placés… et n’apprécieront pas non-plus de se sentir en concurrence avec des personnes de leur propre niveau. Il faut donc prendre garde à ne froisser ni les uns, ni les autres (sous peine de prendre le risque de vous exclure de la pyramide d’influence, dans laquelle vous désireriez vous inscrire).m

2.  Ce qui nous  motive et motive les autres

Pour comprendre ce qui motive les autres dans leurs actions, leurs choix, la poursuite de leurs buts, il faut se rappeler ce que sont les impératifs, pour chacun, de satisfaction de ses besoins vitaux.

La pyramide des besoins de Maslow schématise une théorie élaborée à partir des observations réalisées dans les années 1940 par le psychologue Abraham Maslow, sur la motivation. Cette pyramide est constituée de cinq niveaux principaux.

Selon Maslow, nous devrions rechercher d’abord à satisfaire chaque besoin d’un niveau donné avant de penser aux besoins situés au niveau immédiatement supérieur de la pyramide. Par exemple, il est préférable de rechercher à satisfaire les besoins physiologiques avant les besoins de sécurité : c’est pour cela que, dans une situation où notre survie serait en jeu, nous serions prêts à prendre des risques.

Pour Maslow, et par ordre d’importance, ces besoins sont :

– Besoins physiologiques (manger, boire, dormir, respirer, se reproduire/sexualité) ;

– Besoins de sécurité (du corps, de l’emploi, de la santé, de la propriété…) ;

– Besoins d’appartenance et affectifs (amour, amitié, intimité, famille, sensualité) ;

– Estime (confiance, respect des autres et par les autres, estime personnelle) ;

– Accomplissement personnel (morale, créativité, résolution des problèmes…).M

                2.1. Les besoins physiologiques (manger, boire, dormir, respirer, se reproduire/sexualité)

Pour beaucoup de nos contemporains des pays les plus favorisés, les « besoins » physiologiques, ne posent plus véritablement de problème majeur au quotidien (sauf accident de parcours). Ces besoins élémentaires s’illustrent bien, par les sensations de désir, de frustration, d’attente, liés à leur manque occasionnel. Ils s’illustrent surtout par l’impression de plénitude et de satisfaction que procure le fait de les avoir satisfaits. Ils restent ainsi un ressort important de l’emprise sur autrui.

Chez l’homme (comme chez l’ensemble des espèces vivantes) la satisfaction de nos besoins physiologiques élémentaires, individuels, est – bien que nous n’en soyons pas forcément conscients – confondue avec la stratégie collective de développement de l’espèce. Ce que l’homme ressent comme bon (ou bon pour lui), n’est en fait que ce qui est bon (ou nécessaire) au développement de l’espèce. La recherche du bien être de chaque individu, ne se fond, en réalité, que dans le moule de ce qu’impose la nécessité de développement de l’espèce. Ainsi, nos goûts les plus personnels, nos pulsions les plus intimes ne font-ils de nous que les instruments  de la stratégie de développement de notre espèce. En effet, ce qui est gratifiant  ou agréable  pour l’individu se confond avec ce qui est favorable  ou salutaire  au développement de l’espèce. L’homme (comme les autres animaux) prend notamment plaisir à manger, dormir ou faire l’amour. Car, que demande l’espèce ? Que les tubes digestifs sur pattes que nous sommes, se nourrissent, prospèrent et se reproduisent aveuglément, à l’infini, et, le cas échéant, au détriment des espèces concurrentes. Ces besoins élémentaires de nourriture et de sexualité s’inscrivent ainsi au premier niveau de la pyramide de Maslow (cf. Horloge biologique, tolérance, harmonie et sérénité).

Les groupes pharmaceutiques qui inondent les médecins de séminaires festifs sont une illustration de l’écoute favorable et de l’emprise qu’on peut espérer développer sur autrui, en cherchant à satisfaire et flatter les besoins physiologiques basiques de l’individu. De même que les déjeuners d’entreprise ou les opérations de séduction que savent monter les services d’espionnage ou de lobbying, par exemple. Les grandes courtisanes de la cour des rois, dont l’influence a parfois été considérable, en sont un exemple. Les dirigeants actuels (du monde de l’entreprise comme du monde politique) sont d’ailleurs, de pareille manière, souvent entourés de jeunes personnes empressées et ambitieuses qui n’ont souvent que leurs charmes à offrir, ce qui n’est cependant souvent pas négligeables pour des dominants , paradoxalement fréquemment isolées au sommet de leur pyramide sociale, au plan affectif et/ou émotionnel.

On notera ici qu’il existe deux catégories de courtisanes  :

  • Certaines attendent (ou revendiquent clairement) de l’argent et/ou tous autres avantages matériels immédiats. Celles-ci choisissent ainsi – par le fait (et consciemment ou non) – de ne pas briguer un éventuel coup de pouce à leur ascension sociale, puisque, dans l’esprit et dans le cœur de leur bienfaiteur, elle resteront assimilables à des prostituées, si bien qu’il ne s’investira pas dans la relation.
  • D’autres, plus ambitieuses et/ou plus avisées, attendent une protection de plus long terme et une relation de plus grande qualité humaine (donnant/donnant), avec un partenaire souvent apparemment dominant, au départ, mais sur qui elles sauront parfois développer, au fil du temps, une emprise affective, voire intellectuelle, souvent non négligeables, dans un plus grand respect mutuel. Les favorites du roi Louis XIV (qui ont su prendre une influence de premier plan à Versailles et développer des fortunes) en sont un exemple.

                2.2. Les besoins de sécurité

Les besoins de sécurité (du corps, de l’emploi, de la santé, de la propriété…) s’illustrent particulièrement par le besoin de sécurité matérielle que confère la réussite financière. L’argent est ainsi un besoin quasi universellement ressenti, même par des organismes caritatifs qui, pour remplir leur objet et étendre leur influence, ont un besoin d’argent important.

L’argent est ainsi un levier de premier plan, lorsqu’il s’agit d’influencer quelqu’un, d’obtenir un avantage ou une faveur. L’argent est ainsi moyen de tout échange, licite ou non. Certaines choses ne s’achètent pas bien sûr… Sauf, parfois si le prix offert est tellement attractif que les bonnes raisons de refuser deviennent de moins bonnes raisons.m

                2.3. Les besoins d’appartenance et les besoins affectifs

Les besoins d’appartenance, comme les besoins sexuels et affectifs, se décomposent, à leur tour, entre besoins comblés  et besoins inassouvis.  Pour une personne mariée (et comblée), par exemple (qui n’a, ainsi, théoriquement plus à compenser le vide du célibat), les besoins se déclinent surtout autour de la performance professionnelle et la reconnaissance sociale, dont l’argent est le baromètre le plus visible. Ils poussent ainsi les individus à gagner toujours plus, pour thésauriser et/ou pouvoir afficher de précieux signes extérieurs de réussite (compléments narcissiques ).

Cependant, le besoin d’amour ou seulement de reconnaissance, n’étant pas toujours comblé dans le couple, il pousse souvent les personnes mariées à rechercher, dans le regard de l’autre sexe, une approbation et/ou un soutien nécessaires pour se sentir beau  ou belle dans le miroir que représente le regard de l’autre.

En outre, le besoin de bien-être du corps et de sensualité n’étant pas toujours comblé dans le couple, il pousse souvent les personnes mariées à rechercher des palliatifs, dans des expériences émotionnelles telles que la méditation, le yoga, la danse, le chant, le théâtre, la peinture, le sport ou les massages, et/ou dans les aventures extra conjugales, les soirées libertines (recherche d’émotions sensorielles).

L’argent, évoqué au paragraphe précédent, comme censé satisfaire notre besoin de sécurité, est aussi le baromètre de la réussite sociale dans notre monde matérialiste, dans lesquelles les valeurs spirituelles tendent à s’estomper. C’est pourquoi l’argent est-il à la fois recherché pour lui même, pour les biens matériels ou services qu’il permet d’acquérir et pour la reconnaissance qu’il confère à celui qui a su drainer, vers lui, la part la plus importante de ce moyen d’échange, d’influence et de reconnaissance.

L’argent est ainsi l’Alpha et l’Oméga. Il peut en effet tout  acheter, notamment les soutiens et les appuis nécessaires à l’ascension sociale. L’argent est d’ailleurs bien souvent le principal carburant, de cette ascension et de la réussite économique. Ne rapporte-t-on pas que le Front National n’a pu exister et se développer que grâce à l’héritage (aussi inespéré que généreux), dont a bénéficié M. Le Pen, de la fortune d’un certain Hubert Lambert, dans les années 1970 ? M. Le Pen a ainsi pu lâcher toute activité professionnelle et consacrer son temps et cette fortune à la promotion de son parti et sa propre promotion.

Ce constat que, pour réussir, il faut de l’argent (et que « on ne prête qu’aux riches ») rend encore plus désespérant le sentiment d’impuissance des jeunes ambitieux qui ne possèdent pas ce carburant magique !

Que de jeunes artisans, d’ambitieux entrepreneurs doivent ronger leur frein, durant de longues années de purgatoire, avant de « décoller » !  Et combien, surtout, n’y parviennent jamais !

La tentation est alors forte, pour certains, de parvenir à la réussite, en « grillant les étapes » ; c’est-à-dire au prix de transgressions douloureuses (petites arnaques, trafics illicites, prostitution…).

Il est cependant amusant (et peut-être rassurant) de noter que, nombre de personnes qui ont cru pouvoir faire des « entorses », à leurs principes en début de carrière, se redécouvrent une conscience et des principes, au fil de leur ascension sociale ; C’est-à-dire lorsque le carburant de leur réussite – que représente la fortune acquise – devient suffisant pour entretenir l’ascension sociale… dans le même temps ou leur visibilité sociale les obligent à cultiver une image moins sulfureuse.

C’est ainsi qu’on voit parfois de « haut dignitaires » de la mafia flirter avec le pouvoir, avec l’Église et même financer des fondations !m

               2.4. Le besoin d’estime, de confiance, de respect des autres et le besoin d’estime de soi

L’estime, la confiance et le respect – tout comme l’amour – procèdent d’un jeu de miroirs. J’ai a priori  de l’estime, de la confiance et du respect, pour ceux qui m’en témoignent (ou tout au moins ne manifestent rien qui me soit contraire). Et, si je suis prêt(e) à tenter de mériter l’estime, la confiance et le respect d’autrui, c’est que mes intentions sont loyales et que je suis prêt(e), moi aussi, à accorder mon estime, ma confiance et mon respect, à autrui.

L’estime, la confiance et le respect de l’autre ne sont ainsi pas difficiles à gagner, si l’on s’engage loyalement dans la relation, si l’on manifeste de l’intérêt, pour l’autre, pour sa vie, ses projets, ses idées, si l’on ne juge pas ses erreurs et si l’on reconnait ses mérites. Et si l’on vient à lui les mains ouvertes, aussi désireux de donner que de recevoir).

Or l’estime, la confiance et le respect d’autrui sont – à la fois – indispensables :

  • à l’estime de soi et la confiance en soi ;
  • au développement d’un réseau de contact et/ou d’affaire, grâce auquel je développerai mon influence et mon pouvoir, ainsi que le sentiment de ma réussite (pour renforcer encore ma confiance en moi).

                2.5. Le besoin d’accomplissement personnel

Le besoin d’accomplissement personnel représente le dernier étage de la pyramide des besoins de Maslow. Tous les problèmes d’intégration, de développement de réseaux, de conquête de pouvoirs et d’estime de soi étant résolus (ce à quoi nombre d’individus ne parviennent pas au cours de leur longue vie), reste une quête plus essentielle et plus difficile à assouvir : celle du sens de la vie, du sens de notre action au sein de la communauté des hommes, celle d’une contribution véritable que nous pourrions apporter à la planète, à la société…

Quelques milliardaires célèbres qui créent des fondations et distribuent des aides pour les plus démunis incarnent ce genre de quête. Des ascètes et des saints, libérés des désirs et contingences matériels (sœur Teresa, l’Abbé Pierre) peuvent également accéder à ce dernier étage de la pyramide des besoins de Maslow, de même sans doute que quelques hommes et femmes de bonne volonté, moins médiatisés.M

Ce que réussir suppose

Réussir, s’accomplir, atteindre ses objectifs, déployer sa stratégie, se réaliser… suppose ainsi d’abord :

  • de prendre conscience de ce qu’on peut offrir, en échange des soutiens espérés, ainsi que des concessions que l’on pourra (ou non) accepter;
  • d’admettre le fait que les autres ne sont pas des pions qui se laissent déplacer où ça nous arrange, et qu’ils n’adopteront jamais une stratégie qui n’est que  la nôtre ;
  • de percer les passions, les ambitions, les valeurs, les rêves secrets, les projets et, le cas échéant, la stratégie des personnes dont nous pensons avoir besoin et/ou que nous aimerions associer à nos projets ;
  • de respecter les autres et leur faire confiance, a priori  (la confiance  coûte moins cher que la méfiance ), et de consentir à révéler nos propres passions, nos ambitions, nos projets et, le cas échéant, notre stratégie aux personnes que nous aimerions associer à nos projets, en sorte de mettre en lumière les possibles synergies ;
  • de tout mettre en œuvre, pour servir et développer ces synergies, dans la mesure de nos moyens, dans le cadre d’une coopération transparente, honnête et bien comprise ;
  • de comprendre qu’il faut parfois donner un peu plus qu’on ne reçoit;
  • de comprendre les règles de préséance de la comédie humaine, attachées à la pyramide sociale, dans laquelle on prétend trouver sa place.

Les personnes les plus généreuses manifesteront un intérêt, souvent sans bornes, à des personnes dont elles n’attendent pourtant rien en retour. Les personnes les plus adroites (et/ou les plus manipulatrices) pourront également manifester un intérêt sans bornes (voire forcé et exagéré), aux personnes dont elles veulent obtenir la reconnaissance, le soutient et/ou tout éventuel avantage. Elles pourront également tenter de découvrir leur désirs les plus intimes, et s’employer à les combler, jusqu’à les rendre dépendantes, voire à les asservir.

La première marche de l’ascension sociale est bien sûr la plus difficile à gravir. Car lorsqu’on est au bas de l’échelle ou lorsqu’on ne représente rien pour les autres, il est peu aisé de sourire et difficile d’inspirer la sympathie et l’estime… et surtout on craint souvent d’avoir peu à offrir, en échange du soutient espéré. Il faut donc alors prendre sur soi, pour sourire, dans l’espoir de décrocher ses premiers petits rôles dans la comédie humaine. Il est alors souvent nécessaire de s’assurer le soutient flatteur d’une personne plus établie et/ou influente (stratégie d’allégeance). Mais ce soutien ne sera pas si difficile à obtenir, à celui (ou celle) qui saura se présenter aux autres les mains et le cœur ouverts, prêt à donner au moins autant qu’il désir recevoir.

m

 

Jeux de rôles : Que faut-il entendre par domination et soumission ?

Que faut-il entendre par domination et soumission  ?

Il existe un certain nombre de blessures d’enfants, des névroses, voire de pathologies graves qui enferment certains individus dans une vision exagérément mono-centrée de leur place dans la relation à l’autre, les conduisant souvent à ne considérer l’autres que comme un accessoire ou un objet, sans le moindre souci de ce qui est bien, bon, acceptable pour lui et sans considération pour ses croyances, ses valeurs ni même pour sa liberté d’accepter ou non la relation de domination qui lui est proposée.

Les cas les plus courants sont les relations toxiques qui se développent dans les couples où l’une des deux parties est trop sensible, empathique et ainsi vulnérable ; ce qui en fait la proie rêvée pour un dominant pervers narcissique qui la manipule et la pille, en toute impunité car ce jeu pervers n’est souvent pas visible des tiers.

De telles relations toxiques existent aussi dans les familles. Les cas de maltraitance d’enfant relèvent de ces comportements criminels qui peuvent dégénérer jusqu’au martyr et à la mort d’enfants. Un enfant décède en France tous les cinq jours sous les coups de parent abusifs et dégénérés.

Comprendre les comportements du dominant comme du dominé peut permettre, à travers des jeux de rôle, d’interroger sa propre relation à l’autre.

Le roman My Absolute Darling, de Gabriel Tallent (publie en 2017) montre à merveille la complexité et l’ambiguïté de la relation dominant/dominé. Quand l’amour est, à la fois, le prétexte pour asservir et pour se soumettre.

Il est ainsi précieux de faire découvrir aux participants aux séances de coaching, stages et/ou séminaires, l’outil que peut représenter, pour chacun une parfaite connaissance du jeu social « dominant/dominé », si l’on met toute son application et son intelligence à entrer dans les personnages successifs du dominant et du dominé. Il ne s’agit bien sûr que d’un jeu et il convient de garder le souci de l’élémentaire et nécessaire respect de chaque partie, vis-à-vis de l’autre

Les avantages de la soumission

Ce n’est en effet que lorsqu’on a perçu tous les sentiments du dominé ou du soumis  (notamment le confort d’être protégé et guidé) qu’on peut entrer, sans arrière pensée, dans ceux du dominant.

Dans l’inconscient collectif, la relation dominant/soumis est parfois perçue comme une relation bourreau/victime. Or, les choses ne sont pas si simples : le dominé ou soumis  est souvent loin d’être une victime. Et surtout, il est loin de s’imaginer comme tel.

Par ailleurs, dans le jeu de domination, comme dans la vraie vie, il n’est souvent pas de bourreau sans victime consentante.

Couramment, le soumis  n’est pas une victime, mais un partenaire consentant du dominant.  Le soumis  poursuit en effet sa propre stratégie d’allégeance à une autorité reconnue et acceptée, en échange d’avantages.

De manière générale, ces avantages sont, par exemple :

  • Protection (en particulier), vis-à-vis de l’immense population des individus ne bénéficiant pas de la même protection ;
  • Reconnaissance (du dominant  et d’individus plus faibles, ne bénéficiant pas de la même utile  protection, par exemple) ;
  • Estime de soi (pour avoir su se débrouiller pour s’attirer une protection « flatteuse  » et/ou précieuse ) ;
  • Diverses récompenses, adroitement distribuées, par le dominant;
  • Le fait de pouvoir se laisser porter, d’être à même d’abaisser son niveau de vigilance et d’économiser son énergie (action et réflexion) :
  • Le fait de s’autoriser des transgressions  et des actes interdits, en toute bonne conscience , puisque le soumis ne décide plus mais ne fait qu’obéir aux ordres (le zèle des seconds couteaux et hommes de main, dans un milice, en sont un exemple ; en matière sexuelle, la soumission est également un moyen de désinhibition efficace, pour goûter des plaisirs interdits). Nombre de sujets frustrés, par une vie trop cadrée et/ou une morale trop stricte, aspirent en effet à de ponctuelles et salutaires mini-transgressions.

Les exemples de ce type de soumission active (voire fervente) sont par exemple :

  • L’ouvrière, soumise  à son contremaître ou la secrétaire, soumise à son chef de service,
  • L’élève, soumis  à son professeur,
  • L’homme de troupe, soumis  à son sous-officier ou officier,
  • Le courtisan, soumis  à son monarque (ou le militant admirant son député),
  • ou plus simplement le bébé, soumis  à sa mère nourricière,
  • l’amant à sa maîtresse (ou le contraire), dans le cadre de jeux érotiques entre adultes consentants (en couple, voire en groupe),
  • etc.

Plus largement, nos interactions, avec notre environnement familial, amoureux, professionnel ou autre, sont multiples, car nous sommes tous, tour à tour, soumis  ou dominants, suivant les circonstances, les opportunités, les objectifs, les stratégies quotidiennes.

Il faut ainsi reconnaître que la soumission présente souvent, avant toute chose, un grand confort et un apaisement certain, pour autant qu’on ait à faire à un dominant respectueux du soumis, ainsi que du contrat (oral ou écrit) qui existe entre les deux parties.

Dominer avec bienveillance

Appliquée à la réussite sociale, cette constatation conduit une réflexion sur une stratégie de dialogue plus autoritaire, plus paternaliste ou dominante, dans les différents champs de nos échanges sociaux. Une posture protectrice et rassurante, contribue au nécessaire « lâcher-prise », des personnes avec qui nous avons commerce qui s’en trouvent ainsi apaisées et conciliantes.

Quant au dominant, il est souvent protecteur avant tout (plus que censeur). Il aime parfois sincèrement son/sa partenaire dominé(e). Cette relation n’est cependant harmonieuse (et pérenne) que librement consentie.  « Cinquante nuances de Grey » (titre original : Fifty Shades of Grey) est une romance érotique, écrite par la Britannique E. L. James, qui illustre, de manière amusante, ce que peut être la formalisation écrite d’un tel accord d’allégeance ou de soumission / cf. Réussir, s’accomplir. Et trouver son « rôle », dans la société des hommes.

L’association MédiThérapie propose des scenarii de jeux de rôles, pour donner matière à des simulations de situations qui sont de nécessaires illustrations de ce propos (en jouant, en particulier sur les registres du cerveau droit) / cf. ACCUEIL et/ou Le « lâcher prise », toucher et massage.

Une autre manière de goûter, de manière volontaire, à l’allégeance jubilatoire à une autorité protectrice est dominante reconnue est l’expérience du Shibari japonais / cf. Shibari, allégeance et Shiatsu.


 

 

Horloge biologique, tolérance, harmonie et sérénité

Des rendez-vous à ne pas manquer

L’homme est un être éminemment social. Sa vie est ainsi marquée par ses rendez-vous, avec les autres. Ces rendez-vous  ont pour objet les échanges d’information, de compétences, de services, de biens de consommation (école, administrations, banques, bureaux, médecins, commerces etc.) et les échanges sociaux (repas familiaux quotidiens, dîners mondains, soirées, sports collectifs, concerts, manifestations, expositions etc.), sans oublier le commerce amoureux et le « don » de gamètes, du mâle humain, à sa (ou ses) femelle(s). L’ensemble de ces rendez-vous suppose l’adhésion générale à un rythme de vie, des horaires compatibles avec ces activités. Et, dans la société moderne occidentale, il est ainsi impossible d’occuper une place active sans référence à un comptage du temps universel et sans une gestion personnelle rigoureuse des horaires qui en découlent, pour les différentes activités du quotidien.

Le découpage du temps

Ce temps universel et son découpage en tranches sont inspirés (et imposés), à la base, par le cycle solaire et par notre horloge biologique individuelle. Au quotidien, notre horloge biologique nous impose en effet, par exemple, des temps de repos (sommeil) et de ravitaillement (repas).

Mais cette horloge biologique, c’est quoi, en fait ? Chez l’homme (comme chez l’ensemble des espèces vivantes) le bien être et le confort individuels sont – bien que nous n’en soyons pas forcément conscients – confondues avec la stratégie collective de développement de l’espèce. Ce que l’homme ressent comme bon (ou bon pour lui), n’est en fait que ce qui est bon (ou nécessaire) au développement de l’espèce. La recherche du bonheur et du bien être de chaque individu, ne se fond, en réalité, que dans le moule de ce qu’impose la nécessité de développement de l’espèce. Ainsi, nos goûts les plus personnels, nos pulsions les plus intimes ne font-ils de nous que les instruments  de la stratégie de développement de notre espèce. En effet, ce qui est gratifiant  ou agréable  pour l’individu se confond avec ce qui est favorable  ou salutaire  au développement de l’espèce. L’homme (comme les autres animaux) prend notamment plaisir à manger, dormir ou faire l’amour. Car, que demande l’espèce ? Que les tubes digestifs sur pattes que nous sommes, se nourrissent, prospèrent et se reproduisent aveuglément, à l’infini, le cas échéant, au détriment des espèces concurrentes. Ce qui stimule la qualité et la performance des individus survivants et du patrimoine génétique transmis (mais au détriment de la planète qui les porte, ce qui est moins « positif »). Ainsi toutes nos activités, qui servent cette finalité, génèrent-elles, chez nous, des pulsions irrépressibles. Et sont ressenties par nous comme sources d’un plaisir activement recherché.

Et le temps, dans tout ça ?

Le repère temps, c’est ce qui (associé au repère espace) rend possibles (et rythme) nos rencontres avec les autres (activités, détente, repas, amour), et la bonne gestion du temps est synonyme de réussite.

Le temps : un capital à gérer

Ce temps est un capital qui nous est offert à tous. Nous devons le gérer, en opérant des choix qui nous sont propres. De même qu’il nous est utile de savoir gérer notre argent pour éviter de toujours courir après un remboursement de crédit, un découvert bancaire, une fin de mois difficile, il nous est nécessaire de savoir gérer notre temps, pour ne pas être des victimes de la vie, d’inconsistantes coquilles de noix sur l’océan, pour ne pas rater nos trains, ni nos rendez-vous, sous peine de n’occuper qu’un strapontin, dans la société des hommes (ou de nous en faire exclure).

En matière d’argent, on parle de gaspillage. En matière de temps, on dit qu’on se disperse ou qu’on se laisse déborder, quand on le gaspille. S’agissant de nos activités quotidiennes – la journée n’ayant toujours que 24 heures – bien gérer son temps, c’est – de manière élémentaire – savoir :

  • Définir son projet de vie et ses priorités ;
  • Arrêter un choix d’activités projetées (formation, travail, sport, activités sociales, repos, repas, accompagnement d’enfants à différentes activités, etc.) servant ce projet de vie et ces priorités;
  • Fixer les plages horaires ou rendez-vous  alloués à chaque activité, de manière exigeante et rigoureuse ;
  • Ajuster, si nécessaire, et optimiser ce programme, en fonction des obligations des personnes concernées et/ou des membres de sa famille ;
  • Au quotidien, ne manquer aucun des rendez-vous  ou des activités, programmés à des heures précises, par souci d’éviter le gaspillage, pour soi-même, comme – le cas échéant – pour les personnes avec qui lesdits rendez-vous et/ou activités ont été programmés (ce qui est un des axes principaux de la politesse élémentaire) ;
  • Ne pas négliger, de manière irresponsable, les éventuelles confirmations de rendez-vous nécessaires et/ou vérifications d’horaires, les temps de transport, les aléas ou impondérables, le retard chronique des certaines personnes impliquées dans ces rendez-vous, les besoins vitaux de notre organisme (horloge biologique) et ainsi s’éviter tout stress inutile.

Cependant, le rythme quotidien de notre horloge biologique, est perturbé, en fonction d’un autre cycle, calé sur les saisons. Le cycle de révolution de la terre, sur elle-même, est de 24 heures et c’est ce qui définit le rythme de base, de notre horloge biologique. Le rythme des saisons, qui s’impose à nous, est calé sur une durée plus longue d’une année, ce qui a, bien sûr, une incidence directe sur nos activités, nos loisirs etc.

Le temps de la vie

Mais il existe encore une variable supplémentaire qui intervient, dans notre horloge biologique : le cycle de notre vie entière.

Les rythmes de vie d’un nourrisson, d’un enfant, d’un adolescent, d’un retraité ou d’un vieillard sont bien sûr différents. Mais ce qui diffère, ce n’est pas seulement que les activités et les horaires, chez les individus, en fonction des forces dont ils disposent, c’est surtout ce que l’espèce  attend de nous : des actions bien différentes, en fonction de notre âge. L’espèce place ainsi en nous des aspirations, des désirs et des pulsions en fonction de notre position temporelle dans notre cycle de vie.

Ce cycle-là, celui de la vie entière, n’est pas toujours compris et c’est la source d’un malentendu ancestral, bien connu sous le terme « conflit de générations ».

Ainsi, si nous voulons désamorcer les risques de conflit de générations avec les personnes qui nous sont chères, il faut intégrer le régime de vie auquel leur horloge biologique les astreint.

Concilier les rythmes des générations

A l’âge où la nécessité de développement de l’espèce pousse nos adolescents et nos jeunes à s’engager dans une fiévreuse activité sociale ne visant au final qu’à la recherche de partenaires sexuels, il est vain d’interdire ce qui ne peut être évité, et surtout ne doit pas l’être. Car on ne va pas contre la nature ! Les frictions parents/enfants (ou grands-parents/petits-enfants) sont alors garanties. Mais la compréhension des phénomènes biologiques qui s’imposent à nous, le respect mutuel (préalable à toute véritable relation d’amour) associés à une bonne dose de tolérance, de confiance et de bienveillance, devraient nous permettre de sortir la tête haute de ces confrontations !

Les vacances prises en commun seront malgré tout, le plus souvent, sources de crispations : Pourquoi ces enfants se couchent-ils à « point d’heure », pour gâcher ensuite, au lit, une bonne partie de la splendide journée du lendemain ?!!!  Si l’on ajoute, au besoin de faire la fête toute la nuit des ados, le rythme raccourci du cycle repos/activité des personnes âgées, on comprendra pourquoi Grand-Père s’énerve, lorsque le déjeuner et le dîner ne lui sont plus garantis à heure fixe ! Et ainsi, ces repères étant parfois décalés, il ne dispose plus d’une matinée normale (mais au contraire inconfortablement étirée), d’une véritable après-midi et, souvent même, de plus de soirée du tout, le coucher suivant directement la fin du dîner ! En outre (surtout pour les anciens  et pour beaucoup d’adultes) les repas familiaux sont un rendez-vous de convivialité  qui représente le principal, voire le seul, temps partagé, entre les générations, et, donc, le seul intérêt  de vacances communes, par exemple.

Le repas commun est un des premiers actes de création de lien, au niveau bien sûr du premier cercle de la famille, mais aussi dans les relations sociales et/ou diplomatiques. Ce n’est ainsi pas par hasard si le pain partagé est au cœur de la liturgie chrétienne, par exemple.

C’est ainsi ce que les plus jeunes, pour ce qui les concerne, auront à acter, dans une relation de respect, par rapport aux aînés, que ces dernier sont en effet, à la fois :

  • plus dépendants de ces rituels (notamment par tradition) ;
  • habituellement affectivement plus attachés à leur progéniture que celle-ci ne s’intéresse à eux (même s’il est de bon ton  de ne pas le formuler explicitement) ;
  • biologiquement dépendants d’un cycle activité-repas-repos, plus court, du fait de leur moindre résistance.

Les retards aux repas familiaux seront ainsi de véritables drames familiaux pour les plus anciens.

Les cycles de vie au sein du couple

Mais il est une cohabitation de cycles de vie différents parfois encore plus compliquée  (voire conflictuelle), c’est celle des conjoints, confrontés à un décalage de leur perte de libido (le temps de fertilité de l’homme étant plus allongé que celui de son épouse). L’aube de la cinquantaine, chez la femme, marque en effet une double rupture : celle du déclin de son activité hormonale et de son désir, ainsi que, par voie de conséquence, l’arrêt progressif de la sécrétion des phéromones, destinées à stimuler le désir du partenaire[1].

Mais l’homme est un animal cérébral « à part », chez qui le mental et le spirituel sont parfois capables de recoller les morceaux. Ainsi, de même manière que les petites filles jouent, dans leur prime enfance, la rencontre avec leur prince charmant, pour mieux s’y préparer, les couples mûrs savent-ils, heureusement, souvent entretenir, par de délicates attentions et un grand respect mutuel, une relation amoureuse riche et harmonieuse. Il est cependant nécessaire qu’ils aient su œuvrer (de longue date) à maintenir lesdites attentions et autres conditions nécessaires au maintient d’un attachement solide et profond, pour que ce cap leur épargne les possibles turbulences.

Enfin, l’âge mûr, voire le troisième âge, voient aussi de nouveaux vrais  couples (d’âge assorti ou non) se former, dont le désir ardent, allié à l’imagination romantique et romanesque, permet encore de belles histoires d’amour et/ou de sexe. Le dictat des phéromones n’est donc pas si hégémonique (la preuve en est, par exemple, l’attirance homosexuelle ou celle qui favorise la vente de poupées gonflables).

Malheur, cependant, aux hommes qui ne parviennent pas à dompter, le démon de midi et demi qui  plane sur les sexagénaires encore verts, et les pousse à des rencontres, souvent tarifées, où ils jettent leurs derniers feux et perdent parfois leurs derniers deniers, tournant le dos à leurs amis et jetant la discorde dans leur famille.

 

Un bon tempo commun

Apprivoiser le temps et apprendre à le gérer, c’est aussi se poser la question du tempo  de notre vie, versus  celui de ceux que nous aimons et souhaitons protéger. Tout au long de notre vie, si nous n’avons aucun mal à entendre les injonctions de notre horloge biologique, il nous faut aussi prêter attention à celle des êtres qui nous sont chers, si nous voulons – a minima  – mériter leur respect de notre propre rythme de vie. Ceci signifie, parfois, de poser – dans un débat explicite – les attentes mutuelles, et d’établir des compromis, par exemple concernant l’horaire des repas intergénérationnels (qui constituent souvent le seul véritable rendez-vous  familial entre les générations). Et surtout, lorsque ces horaires sont fixés, il convient de s’attacher à les respecter, car les parties qui devront attendre les autres prendront cette attente imposée comme un signe intolérable de mépris. Puisque ça les obligera à décaler leur propre programme (souvent minuté), voire à y renoncer, pour se plier au caprice aveugle des contrevenants. Au-delà de cela, les parents et grands-parents attentionnés,  soucieux du bonheur de leurs jeunes, devront rester attentifs à leurs états d’âmes et pouvoir toujours imaginer, par exemple, à quoi rêvent les jeunes filles.

De la même manière, il faudrait cesser de juger « contre-nature  », les pulsions des princes  (ou mâles dominants ) qui nous gouvernent, même s’il convient d’en brider les excès, lorsqu’ils portent atteinte à l’intégrité ou à la dignité d’autrui. On ne peut en effet ignorer que dans la société des hommes, comme dans le monde animal, il faut une bonne dose de testostérones, pour atteindre au statut de mâle dominant. Les gouvernants modernes en sont assez fréquemment une vivante illustration. Ces débordements sont, certes, tolérés, par les latins, en général, mais les ayatollahs de tout poil, y compris puritains intégristes américains, feignent de l’ignorer. Or les hautes fonctions des gouvernants sont rarement atteintes avant un âge avancé. Aussi le public est-il souvent d’autant plus surpris de leurs frasques qu’elles se produisent à un âge qu’on croirait celui de la sagesse et de la modération. Là encore, l’horloge biologique doit être considérée. Car les pulsions reproductrices ne laissent généralement pas les hommes actifs (et les hommes de pouvoir, en particulier) en répit, avant un âge avancé, voire jamais de leur vie.

C’est ainsi, grâce à une bonne compréhension de notre horloge biologique et de celle de ceux qui nous sont chers, et avec d’élémentaires soucis de respect mutuel et de tolérance, que nous parviendrons à l’harmonie familiale et sociale, nécessaire à la sérénité.

 

Philippe Lamy


[1] Les phéromones sont des substances chimiques émises par la plupart des animaux, agissant comme de véritables « messagers » entre les individus d’une même espèce. Les phéromones transmettent en effet, aux autres organismes, des informations qui jouent un rôle d’information (sur la disponibilité et la fécondité de l’émetteur), dans l’attraction et dans la stimulation sexuelle, en particulier, à l’égard des partenaires potentiels. Chez les mammifères, les phéromones sont détectées (chez lesdits partenaires potentiels) par l’organe voméro-nasal. Les phéromones sont comparables aux hormones. Mais, tandis que les hormones classiques (insuline, adrénaline, etc.) sont produites par les glandes endocrines et circulent uniquement à l’intérieur de l’organisme en participant à son métabolisme, les phéromones sont généralement produites par des glandes exocrines, ou sécrétées avec l’urine, et servent de messagers chimiques entre individus. Elles peuvent être volatiles (perçues par l’odorat), ou agir par contact (composés cuticulaires, perçues par les récepteurs gustatifs). Elles jouent un rôle primordial lors des périodes d’accouplement. Par ailleurs, on a longtemps pensé que l’organe voméro-nasal, très actif chez les animaux, ne fonctionnait pas chez l’homme ; Or, plusieurs études ont prouvé le contraire (en particulier chez les sujets « surdoués », généralement dotés d’une perception sensitive exacerbée, cf. Trop intelligent pour être heureux, l’adulte surdoué ?). On notera que les phéromones n’agissent pas comme un simple « message de disponibilité sexuelle », mais aussi (et peut-être surtout) comme un puissant aphrodisiaque, chez la personne (ou l’animal) accessible à ce message chimique. Nombre de mâles présentent ainsi une véritable dépendance et une addiction, à cette stimulation sexuelle et parcourent ainsi les lieux publics, la narine palpitante, à sa recherche et/ou reniflent avidement la lingerie féminine qui peut leur tomber sous la main. Au Japon (et peut-être ailleurs aussi), on trouve des trafics de sous-vêtements féminins souillés, sur Internet, censés renfermer des traces actives de cette précieuse substance (dont l’effet, sur le sujet réceptif, est souvent supérieur à celui de substances de type Viagra).


[contact-form] [contact-field label= »Prénom et nom » type= »name » required= »true » /] [contact-field label= »adresse e-mail » type= »email » required= »true » /] [contact-field label= »Demande particulière / commentaire » type= »textarea » required= »true » /] [contact-field label= »Téléphone » type= »text » /] [/contact-form]